Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2016  

Les fusées haute puissance de RockÉTS

Deux victoires bien méritées

5 juillet 2016
Lancement de la fusée Amarok.
À sa quatrième participation à l’Intercollegiate Rocket Engineering Competition (IREC), qui s’est déroulée à Green River en Utah du 15 au 18 juin dernier, RockÉTS s’est enfin hissée à la première place de la catégorie de base, soit l’épreuve du 10 000 pieds, en plus d'obtenir le prix d’excellence technique. Deux victoires franchement bien méritées!

L’équipe s’est présentée à la compétition avec deux fusées : Émerillon IV et Amarok, la toute dernière de la famille RockÉTS. Un  problème de livraison du tube d’alignement (liner tube) pour Émerillon a donné des sueurs froides aux troupes de l’ÉTS à quelques heures du lancement. Mais grâce à un fournisseur local trouvé au lever du jour et un aller-retour de 600 km, les étudiants ont réussi à rapporter la pièce manquante et à lancer leur première fusée en après-midi. Une déviation dans la trajectoire a malheureusement restreint la montée à 7 300 pieds. Pas de podium pour Émerillon, mais un prix d’excellence technique pour la qualité de l’électronique, ses pièces en fabrication 3D, et son parachute à ouverture variable (reefed parachute).

Le lendemain, Amarok est parvenue à monter à 10 616 pieds!  Grâce au nouveau parachute guidé par un algorithme de contrôle et un système d’éjection de type « coussin gonflable », l’équipe a remporté la première place de sa catégorie (sur 44 équipes inscrites au tableau de pointage). Il faut dire qu'elle n'avait obtenu aucune pénalité sur sa performance globale.

En prime : une preuve de concept pour le nouveau système de recouvrement (une précieuse avancée pour les prochaines fusées).

Classement

  1. École de technologie supérieure (Amarok)
  2. Université Concordia (Space Concordia’s Rocketry Division)
  3. University of Victoria (MVP-1)
  4. Université Laval (Laval University Aerospace Group - GAUL)
  5. École de technologie supérieure (Émerillon IV)

On remarque que le top 5 du classement général de la catégorie « 10 000 pieds » est composé d’universités canadiennes seulement et qu'Émerillon IV a remporté la 5e place malgré ses mésaventures.

Le capitaine sortant, Pierre-Alexandre Desrochers résume la performance du groupe : « Ce fut une expérience formidable. La meilleure cohésion d’équipe jamais vécue, de très nombreuses répétitions, une équipe rodée et préparée ont été les ingrédients de notre réussite. Nous avons même réussi à profiter du voyage pour découvrir la région. Des souvenirs impérissables. »

Rappelons que le but de cette compétition, organisée par la Experimental Sounding Rocket Association,  est de concevoir, fabriquer et lancer une fusée haute puissance qui, en plus de répondre à de nombreux critères et de transporter une charge scientifique utile de 10 livres, réussira à  atteindre une altitude de 10 000 pieds (catégorie de base) ou de 25 000 pieds (catégorie avancée).

Depuis cette année, l’organisation de la compétition exige un moteur fabriqué de toutes pièces pour l’épreuve avancée (25 000 pieds). Jusqu’à maintenant, les équipes pouvaient modifier un moteur existant. À l'avenir, ils devront répartir les ressources autrement. « On voulait le faire plus tôt, car la compétition le suggérait fortement, mais cela devient maintenant une obligation. S’il le faut, nous mettrons 80 % de l’équipe sur le moteur, et nous reprendrons notre place dans la catégorie avancée », assure Pierre-Alexandre.

C'est donc un rendez-vous en 2017.

L'équipe de RockETS

L’an dernier, la fusée Hyperion II de RockÉTS avait remporté une 2e place dans la catégorie avancée en atteignant 23 901 pieds.

Pour en savoir plus :

Intercollegiate Rocket Engineering Competition

Pour information
Service des communications ÉTS
Emmanuelle Berthou
514 396-8427

NouvellesFil RSS