Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2016  

Éclipse 9 et l'American Solar Challenge 2016

L'épreuve du feu

7 septembre 2016
La voiture solaire Éclipse 9.
À peine revenue de son long périple de 3000 km à l’American Solar Challenge 2016 (ASC), l’équipe de la voiture solaire ÉCLIPSE 9 rêve déjà à son prochain défi au Formula Sun Grand Prix 2017. D’ailleurs, les étudiants de l’ÉTS ne doivent pas être les seuls à le faire, car l’édition 2016 de l’ASC fut la 2e pire course en 26 ans d’histoire, sur le plan des conditions météo.

Les étudiants de l’ÉTS avaient pourtant réussi à franchir toutes les étapes de qualification, aussi nombreuses qu’exigeantes.

Jours 1 à 4 : Vérifications techniques


L’équipe a dû revoir plusieurs systèmes électriques pour obtenir l’approbation des juges, 10 minutes avant l’échéance de cette première épreuve ! Les officiels étaient néanmoins impressionnés par la qualité de la mécanique et de l’esthétisme général qui mettait en valeur les suspensions, les moteurs et la direction, entièrement conçus et usinés par les étudiants. Finalement, les tests dynamiques de la voiture ont été légèrement ralentis par un problème d’ajustement de la valve de freinage. La tenue de route et l’évitement d’obstacles quant à eux n’ont eu aucune difficulté à atteindre les exigences de la compétition.

Jours 5 à 7 : Qualification sur circuit fermé

Afin de prouver sa fiabilité, le véhicule devait parcourir 129 tours (d’une piste de 2,6 km) en une seule journée ou 193 tours en deux jours. Le premier jour, la voiture a réalisé 141 tours, ce qui a procuré à l’équipe une quatrième place provisoire et un laissez-passer direct pour la grande course de 3 000 km. Par la suite, quelques défaillances électriques ont retardé la poursuite des tours et une pluie abondante a révélé un manque d’étanchéité de la voiture. Ainsi, à la veille du départ pour la course de 3 000 km, Éclipse 9 avait enregistré 793 km en 308 tours, dont le sixième meilleur temps de 2 minutes  4 secondes ou 75 km/h de moyenne, et quelques millimètres d’eau au fond du cockpit. Classement général provisoire : 7e place sur 20 équipes.

Jours 8 à 16 : La course de 3000 km

Dans l’ordre : Ohio, Indiana, Illinois, Missouri, Kansas, Nebraska et Dakota du Sud. Le tracé choisi par les juges empruntait aussi bien les voies de desserte que les autoroutes. Éclipse 9 devait donc rouler avec le trafic sur les grands axes et avec la circulation locale dans les villes et villages. Chaque jour, l’équipe devait recharger la batterie grâce aux panneaux solaires entre 7 h et 9 h, puis entre 18 h et 20 h. Entre ces deux périodes, il fallait couvrir la plus longue distance possible. Certes, un exercice d’endurance, mais aussi un privilège pour les yeux, car le parcours traversait les décors enchanteurs de sept parcs nationaux américains; un circuit spécialement conçu à l’occasion du 100e anniversaire du National Park Service.

L’épreuve du feu… et de l’eau

D’abord sous le soleil, puis sous les nuages et finalement sous la pluie battante, l’équipe de l’ÉTS surmonte courageusement chaque pépin et encaisse humblement les minutes de pénalité. Malgré une surcharge de batterie, une coupure de moteurs, une crevaison, quelques excès de vitesse, et plusieurs pentes abruptes qui lui cause du retard, Éclipse 9 franchit la mi-parcours en 9e place et roule toujours à 45km/h en moyenne, et sans remorquage.

Pour la deuxième moitié du parcours, le mauvais temps est venu compliquer les choses. À un certain moment, la visibilité était si mauvaise que l’équipe a dû s’arrêter et attendre que le déluge passe. Alors que d’autres équipes plus chanceuses avaient réussi à fuir devant la tempête, le pilote d’Éclipse voyait l’orage se former sous ses yeux. À la fin de cet épisode, un pouce d’eau s’était accumulé dans le fond de son véhicule.

Quoique toutes les équipes aient eu leur lot de problèmes et de pénalités, y compris les très pénalisants remorquages, cet orage de plusieurs heures aura une incidence majeure sur le classement final, entre les véhicules qui ont réussi à rester devant la tempête, et ceux qui sont restés pris derrière. 

Au fil d’arrivée, Éclipse a terminé en 8e position avec un temps total de 84 heures et 53 minutes, faisant de ce neuvième prototype un des meilleurs depuis la création du club en 1992. La distance totale parcourue par la voiture sans remorquage : 2669 kilomètres. L’équipe d’Éclipse 9 est fière de ses accomplissements et prévoit revenir en force à la prochaine compétition, la Formula Sun Grand Prix 2017 … beau temps mauvais temps !

L'équipe d'Éclipse ETS

Pour information
Service des communications ÉTS
Emmanuelle Berthou
514 396-8427

NouvellesFil RSS