Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2015  

Scintilla Technologies

Une entreprise créée par deux étudiants de l’ÉTS acquise par un géant de la Silicon Valley

13 novembre 2015
Frédéric Morin et Ahmed Hadjeres s’étaient promis
de rester maîtres de leur temps et de continuer à s’amuser
lorsqu’ils seraient sur le marché du travail.
Alors qu’ils étudiaient à l’École de technologie supérieure (ÉTS), Frédéric Morin et Ahmed Hadjeres s’étaient promis de rester maîtres de leur temps et de continuer à s’amuser lorsqu’ils seraient sur le marché du travail. Et pour y parvenir, ils se sont dit que l’idéal, ce serait de créer leur entreprise. En août 2013, ils fondent Scintilla Technologies, une entreprise spécialisée en solutions technologiques pour la gestion d’événement.

Jusqu’ici, rien ne démarque Frédéric et Ahmed des autres jeunes de leur âge. Un peu plus de 36 % des Québécois âgés de 18 à 34 ans seraient tentés par l’entrepreneuriat, selon la Fondation de l’entrepreneurship.

En fait, ce qui les distingue de la majorité des jeunes, c’est qu’en plus de passer du désir à l’action en fondant une entreprise, ils ont su créer une technologie suffisamment innovante pour susciter l’intérêt d’Eventbrite. Et tout cela, en moins de deux ans! « Dans les faits, explique Frédéric Morin, maintenant diplômé en génie logiciel, nous voulions vendre nos produits et services à Eventbrite, mais celle-ci nous a plutôt proposé d’acheter Scintilla.  » C’est ainsi qu’en octobre 2015, l’entreprise devient officiellement la propriété d’Eventbrite.

La genèse d’une bonne idée

C’est en travaillant comme consultants durant leurs études qu’ils ont eu l’idée de créer une solution informatique pour la gestion d’événements. « Assurer la logistique d’un événement d’envergure exige le déplacement de nombreux appareils informatiques. Ces appareils se trouvent parfois sur des sites difficiles, où il y a de la boue, par exemple. Il arrive même que l’on doive passer des câbles optiques sous l’eau… Bref, ces installations requièrent des infrastructures très lourdes », explique Ahmed Hadjeres, étudiant en génie électrique. À l’ère des nouvelles technologies de l’information, les deux étudiants-entrepreneurs étaient convaincus que la gestion événementielle pouvait être allégée. Ils se sont donc attelés à la tâche en cherchant à créer une technologie plus efficace, qui nécessiterait moins de matériel.

De fil en aiguille, durant leurs temps libres et leurs soirées intitulées « Bière et débogue », puis à temps plein, ils conçoivent un système basé sur la radio-identification – mieux connue sous le terme de radio-frequency identification (RFID). Grâce à ce système et à une composante matérielle (hardware) qu’ils ont créée, ils arrivent à gérer l’ensemble de la logistique événementielle au moyen d’un iPad ou de tout autre appareil mobile. Il peut s’agir, par exemple, de gérer les listes d’invités ou les accès au site pour les employés, les spectateurs, les artistes ou les médias. Qui plus est, cette solution technologique permet aux administrateurs d’obtenir rapidement des données sur l’auditoire ou de modifier des droits d’accès.

Depuis, leur technologie a fait ses preuves. Des événements d’envergure, tels qu’Osheaga, C2 Montréal, Heavy Metal Montreal, Nashville Oktoberfest et Toronto’s Festival of Beer, pour ne nommer que ceux-là, ont fait appel à la technologie de Scintilla.

Aujourd’hui, les deux fondateurs travaillent pour Eventbrite. Frédéric Morin réside à San Francisco. Quant à Ahmed Hadjeres, il termine ses études de baccalauréat en génie électrique à l’ÉTS, tout en travaillant pour Eventbrite à partir de Montréal.

Cette expérience est fort enrichissante pour les deux fondateurs qui n’ont même pas encore atteint la trentaine. Leur travail les amène à côtoyer des icônes de la Silicon Valley, telles que Kevin Hart, investisseur et conseiller de PayPal en matière de start-up, Simon Willison, le cocréateur du cadre d’application Django, ou Randy Befumo, le vice-président, stratégie, d’Eventbrite. « Ces rencontres sont vraiment stimulantes; elles nous permettent d’apprendre encore plus », ajoute Frédéric Morin.

Il y a fort à parier que la solution technologique qui a été « faite au Canada, conçue sur le Plateau et assemblée à Laval » poursuivra son petit bonhomme de chemin dans la vallée californienne.
Pour information
Service des communications ÉTS
Chantal Crevier
514 396-8800514 396-8800, poste 7893

NouvellesFil RSS