Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2015  

Médaille du lieutenant-gouverneur pour la jeunesse

Six étudiants inspirants reconnus pour leur engagement

20 mai 2015
Un parcours universitaire exemplaire, un engagement bénévole soutenu et une attitude inspirante… Voilà les atouts que partagent Véronique Paradis, Thomas Michaël Layer, Pierre-Luc Huot, Jacynthe Courchesne, Léonie Quinn et Quang Vinh Du, six étudiants de l’ÉTS, qui ont reçu la médaille du lieutenant-gouverneur pour la jeunesse, le 2 mai dernier, à l’école Pierre-Dupuy.

Voici un aperçu de leur engagement en quelques mots.

Véronique Paradis

Pour Véronique Paradis, étudiante en génie de construction, l’école va plus loin que la réussite des cours. Apprendre, c’est aussi aller à la rencontre des autres. Et l’eau semble le fil conducteur de ses rencontres. Quoi de plus normal, pour une jeune femme originaire de la Gaspésie!

Voguer sur la mer, sentir la brise marine… Véronique n’a pas fait une croix là-dessus lorsqu’elle est venue étudier à l’ÉTS, loin de là! Le club de voile Rafale lui a permis de s’adonner à sa passion durant ses quatre années d’études. Que ce soit en tant que présidente ou responsable des événements, Véronique s’y est beaucoup investie. Grâce à son travail acharné, elle a notamment été en mesure d’organiser, en moins de deux mois, une saison de voile pour une trentaine d’étudiants.

Femme de défis, Véronique s’est aussi engagée au sein du regroupement Rafale Class-C, qui participera cette année à la petite coupe de l’America, à Genève. Il faut savoir que ce championnat n’est pas seulement une compétition, mais aussi un laboratoire technologique pour les catamarans. Avec d’autres étudiants de l’ÉTS, Véronique a donc construit un catamaran de Class-C qui sera mis à l’épreuve dans le cadre de cette compétition internationale. L’ÉTS deviendra alors la première université du monde à participer à cette compétition.

Pour Véronique, l’eau rime, la plupart du temps, avec les plaisirs nautiques. Elle sait cependant que cet élément imprévisible peut rapidement prendre un tournant destructeur. Elle a eu maintes fois l’occasion de le constater en tant que réserviste de la marine des Forces canadiennes. Dans le cadre de missions bénévoles, elle a pu venir en aide aux sinistrés des inondations de Saint-Jean-sur-Richelieu et à ceux des grandes marées, en Gaspésie. Elle n’a reculé devant aucun obstacle pour se rendre utile, allant jusqu’à négocier la remise de ses travaux universitaires avec ses professeurs. Elle tenait absolument à épauler les sinistrés dans le besoin, et il n’était pas question de se défiler devant la tâche, même en pleine session universitaire.

Bref, Véronique sait qu’il y a un temps pour les loisirs et les études, mais aussi pour l’entraide… Et comme nous avons pu le constater, elle sait très bien naviguer entre les trois.

Thomas Michaël Layer


« On juge un homme à ses actes et non à ses paroles », voilà qui semble bien résumer le leitmotiv de Thomas Michaël Layer, étudiant en génie de la construction. Pour lui, le respect de l’environnement est une valeur primordiale, et il n’y a pas de compromis possible en la matière.

L’étincelle pour la cause environnementale s’est produite au cégep. Alors étudiant en génie civil, Thomas était préoccupé par la quantité impressionnante de déchets qui était générée par son programme. Il est donc passé à l’action en mettant sur pied un programme de valorisation des déchets du béton. Pour commencer, il a dû sensibiliser ses professeurs à sa cause, puis inciter les étudiants à se joindre à lui. Ensemble, ils ont trouvé le moyen de transformer les déchets en des dalles utiles au programme de prévention des incendies du cégep. Ce projet lui a permis de prendre conscience que les solutions ne s’apprennent pas toujours sur les bancs d’école et qu’il faut savoir sortir des sentiers battus.

À l’université, Thomas s’est engagé au sein de l’Association du bâtiment durable. Ce club étudiant vise à sensibiliser la communauté étudiante aux principes de la consommation responsable. Thomas et ses collègues y ont conçu une maison novatrice axée sur le développement durable. La conception tenait compte des trois piliers du développement durable : la société, l’économie et l’environnement. Sa construction misait aussi sur une approche interdisciplinaire qui crée des ponts entre les entreprises et la communauté.

Ce respect inconditionnel pour l’environnement lui a valu deux bourses, soit la bourse d’entreprise de la Société contrôle Johnson 2014 ainsi que la bourse BRP-Université du Québec. Ces bourses sont remises à un étudiant qui démontre de l’intérêt pour le domaine des énergies renouvelables ainsi qu’une expérience hors du commun dans ce domaine.

Et puis, il faut bien le dire : Thomas incarne tout à fait les valeurs du développement durable qui reposent non seulement sur l’environnement, mais aussi sur des valeurs sociales. Les organismes Opération Enfant Soleil ainsi que Mères-enfants du Monde ont pu compter, au fil des ans, sur son appui. Il amasse des fonds pour l’un, tandis qu’il cherche des moyens de sensibiliser le public aux problèmes de santé maternelle et infantile des pays en voie de développement.

En plus de tous ces engagements, Thomas est un loyal ambassadeur du Service de l’enseignement coopératif. Son rôle consiste à aider ses collègues étudiants à trouver des stages enrichissants et formateurs dans le domaine de la construction.

Trouver des solutions novatrices, expérimenter sans craindre l’échec, aider les autres… Thomas est assurément un homme d’action. Des gens comme lui, le monde en a grandement besoin. L’ÉTS est extrêmement fière de le compter parmi les siens.

Pierre-Luc Huot

Pierre-Luc Huot, étudiant en génie de la construction, est une dynamo. Animé par l’humanitaire et ardent promoteur des sciences, il n’a cessé de s’engager au sein de sa communauté, et ce, depuis le début de ses études universitaires, en 2008.

C’est en République Démocratique du Congo qu’il a attrapé, en 2009, la piqûre de l’aide humanitaire. Il s’y était rendu pour construire un centre de conditionnement de plantes médicinales, dans le cadre du Programme de regroupement étudiant pour la coopération internationale (PRECI). Cette expérience l’a énormément enrichi même si son système de valeurs a été complètement chamboulé et ses aptitudes personnelles, mises à rude épreuve.

Il en est revenu grandi avec une soif encore plus grande d’aider les autres. C’est pourquoi il a choisi de rester actif au sein du PRECI, lors de son retour au Canada. Il en est même devenu le président. Six ans plus tard, Pierre-Luc est encore là. Il sert de mentor aux nouvelles équipes et les accompagne, que ce soit dans l’organisation de leurs campagnes de souscription, de leurs formations ou dans l’encadrement de leurs activités.

Il aurait pu s’arrêter là, mais non! Il a eu envie de pousser encore plus loin son engagement en mettant en place le projet Ganesh avec deux autres collègues. Ce projet, réalisé en partenariat avec Ingénieurs sans frontières et la « Rescue Fondation », permettra de doubler la capacité d’un centre qui accueille les victimes d’esclavage sexuel et aide à leur réinsertion. Pierre-Luc et ses deux collègues amassent actuellement les fonds nécessaires à l’agrandissement du centre. Cette année, ils se rendront en Inde, afin d’en gérer la construction.

Outre sa passion pour la coopération internationale et l’aide humanitaire, Pierre-Luc s’investit dans la promotion des sciences. À l’automne 2013, il a lancé des soirées- conférences thématiques, appelées « Parlons Science », qui visent à promouvoir les travaux des étudiants des cycles supérieurs. Les étudiants sont invités à présenter leurs travaux de recherche comme ils le feraient dans le cadre de colloques ou de symposiums. Ils peuvent ainsi développer leurs habiletés oratoires et en apprendre davantage sur les projets de recherche menés à l’ÉTS.

Il participe aussi au Projet Découverte de l’ÉTS qui permet aux élèves de sixième année d’explorer l’univers des sciences et du génie. Il y anime un atelier de construction de ponts en papier.

Lorsqu’on regarde tous les projets auxquels participe Pierre-Luc, on est un peu essoufflé. On se dit que son emploi du temps doit être surchargé. Il l’est assurément. Mais, que voulez-vous, quand on a l’aide humanitaire et les sciences tatouées sur le cœur, on trouve toujours le temps de faire ce qu’on aime!

Jacynthe Courchesne

Impliquée dès sa première année à l’ÉTS dans le club de la voiture solaire Éclipse, Jacynthe Courchesne n’a vraiment pas peur des défis. En plus de mettre à profit ses compétences en génie électrique, elle a acquis au sein du club une expertise en génie mécanique, une corde de plus à l’arc de cette future ingénieure.

Son engagement constant et tous azimuts dans les destinées de la voiture solaire l’ont amenée à faire partie de l’équipe restreinte qui s’est rendue en Australie pour prendre part à la compétition internationale World Solar Challenge, au cours de laquelle elle a agi notamment comme pilote. Au retour, elle s’est vu confier le rôle de responsable de la logistique et des panneaux solaires, un rôle clé dans l’organisation. De là, il n’y avait qu’un pas à franchir pour devenir co-capitaine!

Impliquée également dans la promotion, auprès des élèves du secondaire et des cégepiennes, de l’activité « Les filles et les sciences », les quatre années de Jacynthe passées à l’ÉTS auront définitivement été sous le signe de l’engagement.

Alors qu’au départ elle n’aurait pas cru être en mesure de faire partie d'un projet tel Éclipse et de le voir évoluer de si belle façon, elle a pu grâce à lui développer des compétences techniques tant en électricité qu’en mécanique et en gestion de projet, compétences qu’elle n’aurait pas eu l’opportunité d’acquérir ailleurs que au sein de ce club.
Force aussi tranquille qu’énergique, Jacynthe a su conjuguer études et engagement tout au long de son baccalauréat.

Léonie Quinn


Ce n’est pas sans raison que Léonie Quinn a opté pour des études en génie des opérations et de la logistique à l’ÉTS : elle est une organisatrice dans l’âme!

Présidente du comité organisateur du 35e congrès étudiant de l’Institute of Industrial Engineers (IIE), dont l’ÉTS a été l’hôte en janvier 2015, elle a consacré d’innombrables heures, au cours de la dernière année, à l’organisation de cet événement qui a réuni à Montréal plus de 400 personnes. De la recherche de commanditaires au recrutement de conférenciers, en passant par la gestion des budgets et des échéanciers, elle a eu amplement l’occasion de mettre à profit son leadership naturel et ses compétences en management.

Souhaitant faire rayonner le génie industriel, un domaine qui la passionne, Léonie s’est impliquée, dès sa première année à l’ÉTS, dans le club étudiant de génie industriel à titre de trésorière puis de responsable de la délégation de l’ÉTS qui a pris part au congrès de l’IIE qui s’est tenu l’an dernier à Toronto.

Tout en étant engagée dans des activités parascolaires auxquelles elle consacre en moyenne une quinzaine d’heures par semaine, auquel s’ajoute un travail qui l’occupe tout autant, Léonie réussit à conserver un équilibre de vie enviable : elle maintient de bons résultats scolaires et s’entraîne régulièrement.

Une chose est certaine pour Léonie : l’engagement étudiant est formateur! Et d’ailleurs, si on lui demandait d’organiser à nouveau un congrès de l’envergure du récent IIE, elle répondrait oui sans hésiter!

Quang
Vinh Du

Ayant opté pour le génie électrique avec concentration en technologies de la santé,  Quang Vinh Du a à cœur le bien-être de ses semblables! Secouriste et premier répondant bénévole avec l’Ambulance Saint-Jean depuis plusieurs années, il a à plusieurs reprises porté assistance et administré les premiers soins durant des événements publics, développant ainsi son sens de l’écoute, de l’analyse et de prise de décision efficace dans le feu de l’action.

Fort de son expérience d’animateur dans un camp d’immersion en français pour de jeunes anglophones, Quang Vinh s’est impliqué, dès le début de ses études à l’ÉTS, dans le regroupement sociocommunautaire EtSPERANTO dont la mission est d’animer la vie étudiante par le biais d’activités et de sorties culturelles. En plus de contribuer activement à l’intégration des étudiants étrangers en sol québécois et au sein de la communauté de l’ÉTS, son engagement l’a initié à la gestion et à la planification événementielle.

Parallèlement, de par sa passion pour les jeux vidéo, il est bénévole depuis 2011 au LAN ÉTS, le plus gros tournoi de jeu en réseau de l’Est de l’Amérique, afin d’aider au bon déroulement de ces 48 heures ininterrompues de jeux, de veiller à la sécurité des participants et de gérer une équipe de bénévoles.

Représentant du programme de génie électrique au sein du conseil d’administration de l’association étudiante de l’ÉTS, il a acquis des compétences de représentation auprès de son département, collaborant notamment à l’accueil des nouveaux étudiants, au réaménagement du salon étudiant et aux médias sociaux. Il agit également comme ambassadeur pour le Bureau de recrutement et de promotion des programmes de l’ÉTS et est vice-président des affaires externes de l’association étudiante, soit la voix des étudiants auprès de l’OIQ, de la CRÉIQ et de la FCEG.
Souhaitant faire rayonner l’engagement étudiant et croyant fermement à la force des mouvements associatifs, Quang Vinh est l’un des plus fiers et des plus dynamiques ambassadeurs de de l’ÉTS.

Toutes nos félicitations aux six récipiendaires!

prix lieutenant-gouverneur ETS
De gauche à droite : Le capitaine Simon Desrosiers, aide de camp honoraire et diplômé de l'ÉTS, Pierre-Luc Huot, Véronique Paradis, Pierre Duchesne, lieutenant-gouverneur,  en compagnie de son épouse, Jacinthe Courchesne et Quang Vinh Du.  Léonie Quinn et Thomas Michaël Layer sont absents.



Pour information
Chantal Crevier
Service des communications ÉTS
514 396-8800, poste 7893

NouvellesFil RSS