Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2014  

L’ÉTS financée par Amorchem pour un projet en orthopédie

Conception d'un instrument médical pour réparer les fractures du grand trochanter

1 décembre 2014
  protehse-grand-tronchater 
  Prothèse visant à réparer les fractures du grand trochanter (vue antérieure).
   prothse-grand-tronchater-vue-laterale
   Vue latérale de la prothèse.

L'École de technologie supérieure est fière d'annoncer un partenariat avec AmorChem et l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal en collaboration avec Univalor. Le projet, qui vise à développer un instrument médical pour réparer les fractures du grand trochanter, est issu d’un partenariat entre M. Yvan Petit, checheur à l'ÉTS, le Dr Georges-Yves Laflamme, de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, et M. Yan Bourgeois, de l'ÉTS. Pour soutenir le développement de ce dispositif jusqu’au stade des essais cliniques, la société de capital de risque AMorChem y a injecté 800 000 $.

« Nous sommes très heureux d’entreprendre un nouveau projet en orthopédie. Ce projet représente une première opportunité de travailler avec deux nouvelles institutions, l’ÉTS et l’Hôpital Sacré-Cœur, ce qui nous permet d’accroître notre accès aux technologies innovantes du Québec » a expliqué la Dre Inès Holzbaur, associée principale chez AmorChem.

« Cette innovation dans le domaine médical fut développée et amenée à un très haut niveau de crédibilité scientifique par l’équipe de M. Petit. Nous sommes convaincus que cet implant à géométrie unique contribuera à l’amélioration de la condition des patients qui subissent des complications après un remplacement de la hanche », a déclaré le doyen à la recherche de l’ÉTS, M. Sylvain G. Cloutier.

« Cette technologie récemment brevetée représente une percée importante en orthopédie. Nous ne pouvons que nous réjouir de voir ce projet entrer dans cette nouvelle étape de son développement qui devrait mener à la commercialisation d'un produit pouvant améliorer la qualité de vie des patients », a lancé le Dr Clermont Beaulieu, directeur en développement des affaires (Sciences de la vie), chez Univalor.

Une complication qui affecte 30 % des patients ayant subi une arthroplastie totale de la hanche

La fracture de l’os du grand trochanter est une complication de l’arthroplastie totale de la hanche qui affecte près de 30 % des patients qui ont subi cette intervention. Les instruments présentement sur le marché ne répondent pas à tous les besoins et souffrent d’imperfections dont la rupture des câbles est la plus problématique. Le nouvel instrument développé dans ce projet corrige ces imperfections et les résultats préliminaires démontrent qu’il améliore les chances qu’une réparation adéquate de la fracture aura lieu.

« Nous sommes d’avis que le domaine de l’instrumentation orthopédique offre plusieurs opportunités d’affaires intéressantes lorsque qu’on arrive à répondre à des problèmes spécifiques non résolus. C’est ce que nous croyons que M. Petit et le Dr. Laflamme ont réussi à faire avec leur approche », a conclu la Dre Élizabeth Douville, associée principale chez AmorChem.

Pour en savoir plus :

Amorchem
Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal
Univalor



Pour information

Emmanuelle Berthou
Service des communications – ÉTS
514 396-8427


NouvellesFil RSS