Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2014  

Fusées haute puissance de RockÉTS

Deux podiums pour une deuxième participation à l'IREC

8 juillet 2014
Le club RockÉTS
RockÉTS, l’équipe qui conçoit des fusées à l’École de technologie supérieure, a remporté les deux secondes places, soit les catégories de base et avancée, à sa deuxième participation à l’Intercollegiate Rocket Engineering Competition (IREC), qui s’est déroulée à Green River, en Utah, du 25 au 28 juin dernier.

Pour Pierre-Alexandre Desrochers, capitaine du club RockÉTS, la compétition a été un vif succès : « La cohésion de l’équipe et la satisfaction du travail accompli ont marqué cette compétition. Faire décoller ses fusées et les voir atterrir saines et sauves a été la meilleure des récompenses ».

Organisée par la Experimental Sounding Rocket Association, cette compétition consiste à concevoir, à fabriquer et à lancer une fusée haute puissance. Les fusées doivent notamment atteindre une altitude de 10 000 pieds, pour la catégorie de base, ou de 25 000 pieds, pour la catégorie avancée, et ce, tout en transportant une charge utile scientifique de 10 livres.

Parmi les deux fusées lancées par RockÉTS, Emerillon II a atteint une altitude de 9 466 pieds sur 10 000, tandis que Hyperion a brisé le mur du son, en atteignant 20 930 pieds sur 25 000.

RockÉTS a su se démarquer auprès des juges par la qualité technique de ses fusées, sa capacité à expliquer les concepts ainsi que par le professionnalisme dont les membres ont fait preuve tout au long de la compétition. « Tout ceci est dû à la préparation et à la détermination de chacun des membres de l’équipe. Nous savions ce que nous faisions et aussi où nous nous en allions  », a tenu à préciser Pierre-Alexandre Desrochers.

Optimiser le moteur pour la prochaine compétition

La compétition est terminée, mais l’équipe a déjà du pain sur la planche. Elle souhaite atteindre de nouveaux sommets lors de la prochaine édition de l’IREC. La conception d’une charge utile scientifique originale et la fabrication d’un moteur hybride fonctionnel font partie des défis qui attendent l’équipe. D’ailleurs, celle-ci procédera bientôt à des tests de combustion, ici même à l’ÉTS, afin d’optimiser le moteur.

Les universités québécoises sortent du lot!


Outre les RockÉTS, la 9e IREC rassemblait deux autres équipes québécoises : le Groupe Aérospatial de l’Université Laval (GAUL), qui en était à sa première participation, et la société technique Oronos de l’École Polytechnique de Montréal, qui a remporté la première place dans la catégorie avancée. Ainsi, sur les quatre trophées remis durant la compétition, trois ont été remportés par des universités québécoises. Voilà qui promet un bel avenir pour le secteur aérospatial québécois!


Pour en savoir plus :

Intercollegiate Rocket Engineering Competition (IREC)
Pour information
Club RockÉTS
École de technologie supérieure
Tél. : 514 396-8800 poste 7361



NouvellesFil RSS