Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2013  

Réaction à la vision de la CAQ

Les chefs d'établissement de l'UQ ne croient pas à un système à deux vitesses

29 janvier 2013
À quelques jours de la rencontre thématique de Rimouski sur les contributions des universités au développement du Québec, les chefs d'établissement du réseau de l'Université du Québec réagissent à la vision de la Coalition Avenir Québec (CAQ) qui témoigne d'une perception inexacte d'un modèle universitaire qui a largement fait ses preuves par la richesse de sa diversité.

Excellence et accessibilité ne s'opposent pas, elles se complètent. La recherche et l'enseignement se conjuguent dans toutes les universités québécoises pour assurer une formation de qualité pour toutes et tous, partout sur le territoire. Moduler les droits de scolarité en fonction de la discipline pour financer la recherche équivaut à faire payer aux étudiants les activités de recherche et les frais indirects qu'elles entraînent. Or, ces frais indirects sont nettement sous-financés par les organismes fédéraux dans toutes les universités.

La vision de la CAQ est réductrice puisque les établissements de l'Université du Québec représentent un facteur d'attraction, de formation et de rétention de personnes qualifiées ainsi qu'une source d'innovation au service du développement social, économique, culturel et citoyen. Il est faux de prétendre que les établissements de l'Université du Québec ont moins besoin de ressources financières que les autres.

La réputation internationale dans un domaine est déterminante pour chacun des établissements. Il serait navrant de créer des citoyens de deuxième classe qui n'auraient pas droit à des services universitaires qui contribuent à l'essor du Québec. Un système universitaire à deux vitesses ne tient pas la route ni pour la qualité, ni pour l'accessibilité.

Robert Proulx, recteur de l'UQÀM
Nadia Ghazzali, rectrice de l'UQTR
Martin Gauthier, recteur de l'UQAC
Jean-Pierre Ouellet, recteur de l'UQAR
Jean Vaillancourt, recteur de l'UQO
Johanne Jean, rectrice de l'UQAT
Daniel Coderre, directeur général de l'INRS
Nelson Michaud, directeur général de l'ENAP
Yves Beauchamp, directeur général de l'ÉTS
Raymond Duchesne, directeur général par intérim, TÉLUQ
Sylvie Beauchamp, présidente de l'Université du Québec
Pour information
Valérie Reuillard
Directrice des communications
Université du Québec
418 657-4432

NouvellesFil RSS