Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2013  

Honoré à Paris

Christian Estève, nommé docteur honoris causa de l'ÉTS

22 mars 2013
Le directeur général, Yves Beauchamp, a profité d’une mission en France pour remettre, à Paris, un doctorat honoris causa à Christian Estève, chef du Service des entreprises, du transfert de technologie et de l'action régionale à la Direction générale de la recherche et de l'innovation du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche français. La cérémonie a eu lieu le 18 mars chez le délégué général du Québec à Paris, Michel Robitaille.


Le président du c.a. de l’ÉTS, Dominique Nadeau, Yves Beauchamp, Christian Estève et Michel Robitaille.

Gestionnaire avisé et fin stratège affichant une feuille de route impressionnante, Christian Estève a été un acteur de premier plan du secteur de l’automobile. Diplômé de la promotion 1973 de l’École des Hautes Études Commerciales, à Paris, il amorce sa carrière cette même année dans le secteur financier. Attaché commercial pour l’ambassade de France à Caracas, au Venezuela, il a ensuite été responsable des opérations de la Banque d’affaires Worms en Amérique Latine, puis pour l’Europe.

L’aventure Renault

C’est en 1984 qu’il fait son entrée dans le secteur de l’automobile, chez Renault S.A., l’un des plus grands constructeurs automobiles sur la scène mondiale, à titre de responsable des financements Europe. À partir de cette époque, le savoir-faire de ce gestionnaire sera largement mis à contribution dans les dossiers hautement stratégiques de la société.

En 1987, il étend son domaine de responsabilité aux États-Unis et participe à la cession d'American Motors à Chrysler. La même année, il rejoint l'Europe et Renault-UK, en Grande-Bretagne, où il sera directeur financier, et bientôt directeur général. De retour en France en 1991, il dirigera jusqu’en 1996 les succursales de Renault France. Il refait alors une incursion dans le milieu bancaire au Groupe RCI, filiale du Groupe Renault.

En 1998, il y sera notamment chargé des négociations complexes du rachat du manufacturier automobile roumain Dacia. Installé en Roumanie pendant cinq ans, il sera considéré comme l’architecte principal de la relance exceptionnelle de Dacia en Europe.

De retour en France à l’automne 2003, M. Estève est nommé secrétaire général adjoint de Renault et directeur des Services à l’entreprise. En 2007, il est nommé vice-président sénior de la région Euromed de Renault, laquelle comprend les pays d’Europe de l’Est et du nord de l’Afrique.

Le développement de l’entreprise n’est en effet pas terminé en Eurasie et sa connaissance du marché de l’Est, combinée à son talent de négociateur, sont sollicités en 2009 afin de réaliser avec la Russie un mandat similaire à celui qu’il a réussi en Roumanie. À Moscou, il est directeur général d’Avtoframos, société qui commercialise la gamme Renault en Russie. Il sera de plus membre du comité exécutif et du conseil d’administration d’Avtovaz, la plus importante compagnie de l’industrie automobile russe, dont il participera de près au redressement, tout en siégeant au comité de direction de Renault.

Pour cet homme qui voulait enseigner l’histoire lorsqu’il était enfant, l’étude de l’histoire est la meilleure façon de saisir et de comprendre le comportement des partenaires d’affaires étrangers et les marchés internationaux. Aussi, cette période a été pour lui « une grande aventure humaine » pendant laquelle il a fait en sorte que la «confiance mutuelle» et le «respect de l’autre» demeurent primordiaux dans les relations entre les représentants de Renault et les acteurs roumains et russes.

Christian Estève a su développer des liens d’affaires solides mais aussi des amitiés dans plusieurs pays. Il a été nommé non seulement Chevalier de l’Ordre de la Légion d’honneur de France, mais aussi fait Officier de l’Ordre du Wissam Al Alaoui du Maroc, ainsi que de l’Ordre du mérite de Roumanie et de l’Ordre de l’Amitié des Peuples par la Russie.

Les liens avec l’ÉTS

Fort de 24 années chez Renault où les dossiers chauds se sont succédé sans relâche, Christian Estève a joint en 2011 le gouvernement français à titre de chef du Service des entreprises, du transfert de technologie et de l'action régionale à la Direction générale de la recherche et de l'innovation du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Cet homme qui a marqué le milieu industriel français était déjà actif dans le milieu de l’enseignement supérieur puisqu’il est en effet depuis 2005 président du Conseil d’administration de l’Université de Technologie de Compiègne, partenaire de l’ÉTS. Pour l’École, c’est un privilège que de développer des liens avec un gestionnaire de ce calibre, saisissant pleinement les liens entre le monde universitaire et le milieu industriel.

Pour toutes ces raisons, et pour souligner la filiation entre l’établissement montréalais et le président du Conseil d’administration de l’Université de Technologie de Compiègne, l’Université du Québec est fière d’avoir octroyé un doctorat honoris causa à Christian Estève, sous l’égide de l’École de technologie supérieure.
Pour information
Manon Lamoureux
Service des communications
514 396-8973

NouvellesFil RSS