Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2012  

Académie canadienne du génie

Louis Dessaint reçu membre de l'Académie

3 juillet 2012
P. Kim Sturgess, présidente de l'Académie canadienne du génie, et le nouveau membre Louis Dessaint.
La présidente P. Kim Sturgess a intronisé 49 nouveaux membres au sein de l’Académie canadienne du génie (ACG) le 21 juin dernier. De ce nombre, le professeur et directeur du Département de génie électrique Louis Dessaint.

La cérémonie s’est déroulée à Ottawa, dans le cadre de l’assemblée générale annuelle et du Symposium technique 2012 de l’Académie. Comme l’a mentionné Mme Sturgess dans son allocution, les membres admis à l’Académie sont tous « des ingénieurs de très haut niveau qui ont exercé dans des domaines très diversifiés, de l’industrie à l’université, en passant par la fonction publique. Ce qu’ils ont tous en commun, c’est le désir et la capacité d’aller au-delà de l’exercice habituel du génie pour contribuer de façon exemplaire à leur domaine d’activité et à leur collectivité.»

Entré au Département de génie électrique de l’ÉTS en 1986, le professeur Louis Dessaint provenait de l’Université du Québec à Trois-Rivières, et auparavant de l’Institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ), où il avait été chercheur en ingénierie des systèmes. Le professeur a conservé de forts liens avec l’organisme parapublic, liens qu’il a développés tant au profit de l’ÉTS qu’à celui d’Hydro-Québec. Outre ses activités de recherche, le chercheur dirige son Département depuis 2007.

En 1992, Louis Dessaint a fondé le Groupe de recherche en électronique de puissance et commande industrielle, dont il a assumé la direction jusqu’en 2001. En 1998, le logiciel de simulation de réseaux électriques, le SimPowerSystems, ou SPS, était lancé. Créé en collaboration avec Hydro-Québec par le professeur Dessaint et son équipe, au-delà de 10 000 licences de ce logiciel ont été vendues dans le monde entier à ce jour, notamment à des universités, des compagnies d’électricité et des fabricants d’automobiles et d’avions. Cette réalisation a valu à ses créateurs une renommée internationale.

En 2001, le chercheur était nommé titulaire de la première chaire créée à l’ÉTS, la Chaire Hydro-Québec TransÉnergie sur la simulation et la commande de réseaux électriques. Les travaux de la chaire industrielle ont mené au développement d’algorithmes de commande assurant la stabilité des grands réseaux électriques interconnectés. La Chaire a aussi mis au point des méthodes de commande innovatrices pour contrer les phénomènes d'instabilité propres aux grands réseaux et effectuer une gestion optimale des réseaux électriques terrestres.

Par ailleurs, par la formation d’étudiants de cycles supérieurs et de stagiaires postdoctoraux, le professeur Dessaint a fait de la Chaire TransÉnergie une véritable pépinière de chercheurs et de spécialistes des réseaux électriques, contribuant ainsi à compenser la pénurie de spécialistes que subit ce domaine.

Depuis plus récemment, le chercheur s’intéresse à un projet à la fine pointe de la technologie en aéronautique. Celui-ci consiste à mettre au point un système d'alimentation électrique de secours basé sur une pile à hydrogène, en remplacement des éoliennes utilisées aujourd’hui. Parmi les avantages de cette pile, l’utilisation de systèmes électriques rendrait plus flexible la conception des aéronefs et offrirait une plus grande fiabilité dans la maintenance, permettrait de construire des avions plus légers, donc consommant moins d’énergie, etc.

Ces avancées seront bénéfiques pour les compagnies aériennes, non seulement en regard d’économies d’énergie et d’entretien, mais également sur le plan environnemental. Elles marquent aussi, sans l’ombre d’un doute, un pas décisif vers la mise au point de l’avion plus électrique de l’avenir.

M. Dessaint effectue ces travaux de recherche en collaboration avec Bombardier Aéronautique, le Consortium de recherche et d’innovation en aérospatiale au Québec (CRIAQ) et Transtronic. Rappelons que le chercheur a été reçu l’an dernier au Cercle d’excellence de l’Université du Québec.

L’Académie canadienne du génie est l’institution nationale qui permet aux ingénieurs les plus chevronnés du Canada de donner des conseils stratégiques sur des questions d’importance cruciale pour le pays. L’Académie, organisme indépendant, autonome et à but non lucratif, a été fondée en 1987. Ses membres sont mis en candidature et élus par leurs pairs à titre de membres honoraires, en fonction de leurs réalisations exceptionnelles et de leurs longs états de service au sein de la profession d’ingénieur.

L’Académie canadienne du génie travaille en étroite collaboration avec d’autres académies supérieures du Canada et de l’étranger. L’ACG est un membre fondateur du Conseil des académies canadiennes, avec la Société royale du Canada et l’Académie canadienne des sciences de la santé. Elle collabore aussi étroitement avec les autres membres du Forum des leaders du génie canadien, qui regroupe des représentants d’Ingénieurs Canada, de l’Institut canadien des ingénieurs, de l’Association des firmes d’ingénieurs-conseils - Canada, du Conseil canadien des doyens d’ingénierie et des sciences appliquées et de la Fédération canadienne des étudiants et étudiantes en génie. L’Académie est aussi membre de l’International Council of Academies of Engineering and Technological Sciences, qui regroupe quelque 26 organismes nationaux semblables du monde entier.

Pour information
Manon Lamoureux
Service des communications
514 396-8973

NouvellesFil RSS