Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2011  

Optimisation des réseaux d’eau potable

Le professeur Saad Bennis de l’ÉTS, doublement récompensé

13 avril 2011
À peine venait-il de recevoir le 23 mars dernier la Distinction Arnold Drapeau, pour l’excellence et la rigueur du contenu de son article diffusé dans la revue Vecteur environnement, que le professeur Bennis apprend qu’il sera également publié dans le Journal AWWA (American Water Works Association), LA référence mondiale en matière d’information sur l’eau.


Mustapha Ouyed, président du Réseau Environnement, et Saad Bennis, professeur en génie de la construction à l'ÉTS (photo : Marie-Pierre Boivert)

L’article de Saad Bennis, professeur au Département de génie de la construction de l’ÉTS, intitulé «Fuites dans les réseaux d’eau potable, modélisation théorique et validation expérimentale des débits», s’intéresse à la modulation de la pression comme moyen de réduire le débit des fuites dans nos réseaux d’eau potable.

En fait, il est largement admis que la réduction de la pression dans le réseau fait partie des mesures palliatives les plus efficaces en cas de bris d’une conduite, mais l’auteur rappelle qu’elle devrait aussi faire partie d’un programme d’interventions concertées pour prévenir l’usure prématurée des réseaux.

Toutefois d’autres variables interviennent sur ce rapport entre le niveau de pression et le débit des fuites (ou le paramètre N), notamment le matériau de la conduite (flexible ou rigide), les dimensions de la fuite (géométrie, taille) et la pression initiale du réseau. Intuitivement, les experts accordaient un certain rôle à ces paramètres dans le calcul des pertes d’eau potable liées aux fuites, mais personne n’avaient encore avancé de formule pour le calculer. Personne avant Saad Bennis.

Cette nouvelle méthode de calcul mène l’auteur à la conclusion que : « Pour le même pourcentage de réduction de la pression, la réduction du débit de fuite sera plus importante dans les conduites flexibles ayant des pressions initiales élevées. Le gestionnaire doit par conséquent fixer la valeur du paramètre N en tenant compte du matériau des conduites et des pressions initiale et finale dans le réseau ».

L’étude expérimentale a été réalisée dans le laboratoire d’hydraulique de l’ÉTS, sur un modèle réduit de réseau de distribution finement reproduit, tant au niveau des fonctionnalités que des échelles de pression, de diamètre des conduites que de la taille des fuites.

Deux étudiants à la maîtrise ont également travaillé sur ce projet avec le professeur Saad, soit Zakaria Ajmi et Ryma Farès, co-auteur de l’article.
Pour information
Emmanuelle Berthou
Service des communications
514 396-8427

NouvellesFil RSS