Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2011  

Paiement électronique Moneycell

Un succès pour le projet-pilote mené à l'ÉTS

15 juin 2011
Le 7 juin, Moneycell tenait une conférence de presse pour présenter les résultats de son projet-pilote, six mois après son implantation sur le campus de l’École.

En effet, l’ÉTS a servi de laboratoire vivant à Moneycell afin de tester son portefeuille électronique. Les étudiants en génie sont reconnus pour adopter rapidement les nouvelles technologies, c’était donc un public idéal pour MoneyCell.

«Accueillir MoneyCell cadre tout à fait avec notre philosophie distinctive Le génie pour l'industrie. Il était tout à fait naturel qu’un établissement qui prône l’expérimentation et l’innovation accepte de contribuer au développement de nouvelles technologies. Nous sommes par ailleurs très heureux de contribuer au lancement d’un produit novateur québécois», a souligné Jean Belzile, directeur de la recherche et des relations avec l’industrie à l’ÉTS.

«Qui sait, l’ÉTS étant le centre de ce qui sera bientôt le Quartier de l’innovation de Montréal, peut-être que ce futur bassin de chercheurs, travailleurs, résidents et commerçants sera un des premiers quartiers en Amérique du Nord à adopter le paiement électronique. Un terrain de jeu idéal pour une innovation technologique comme Moneycell!»

Moneycell a su tirer profit de son laboratoire vivant et écouter les suggestions des étudiants-utilisateurs pour bonifier son produit, et les résultats ont dépassé les attentes. Depuis janvier 2011, plus de 7 % des étudiants ont adopté le portefeuille MoneyCell. Le montant moyen dépensé par transaction est de 5,98 $ et les étudiants transfèrent en moyenne 51 $ par mois sur leur compte prépayé MoneyCell.

Fait à noter, il n’y a eu aucune demande de fermeture de compte, aucune fraude ni aucun vol durant le projet pilote.


Rodrigo Manyari utilise son téléphone doté d'une puce Moneycell pour payer son café au Tim Hortons ÉTS

«Aujourd’hui, nous pouvons dire que la solution MoneyCell est prête à passer à l’étape de la commercialisation. Après avoir passé le test auprès des étudiants de l’ÉTS, nous pouvons nous déployer partout au Québec», a affirmé Pierre Lopez, PDG adjoint et vice-président aux opérations de DH International, l’entreprise derrière Moneycell.

La cible de MoneyCell : les petites transactions
Chaque année au Canada, les commerçants et les consommateurs paient plus de trois milliards de dollars en frais de transaction pour l’utilisation de cartes de crédit et de débit, ce qui pousse plusieurs commerçants à n’accepter que de l’argent comptant pour les petits achats. MoneyCell compte bien s’implanter dans ce marché avec sa solution de paiement qui ne comporte aucuns frais pour l’utilisateur et des frais minimes pour le commerçant.

Avoir la possibilité d'effectuer de petites transactions sans frais et sans avoir d’argent comptant sur soi est d’ailleurs un des principaux avantages du portefeuille électronique MoneyCell. «Depuis l’arrivée de MoneyCell sur le campus, nous n'avons pas manqué de mettre l'entreprise au défi et elle a répondu présente à chaque fois», a mentionné Yannick Vachon, étudiant de l’ÉTS. «La possibilité d’acheter un café en deux temps trois mouvements, c'est l'idéal de tout consommateur», a-t-il ajouté.



Pour information
Sébastien Langevin
Service des communications
ÉTS
514-396-8664


NouvellesFil RSS