Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2010  

Grands projets montréalais

L’ÉTS présente le Quartier de l'innovation devant 450 décideurs et promoteurs

25 mars 2010
Le vendredi 19 mars 2010, la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain tenait le séminaire « Les grands projets à Montréal : la relance se construit maintenant ».

Cet événement regroupait Gérald Tremblay, maire de Montréal, et quelque 450 hauts décideurs provenant de différents secteurs économiques publics et privés ainsi que les promoteurs des grands projets montréalais à venir. Yves Beauchamp, directeur général de l'ÉTS, a été invité à y présenter le futur Quartier de l'innovation. Voici son allocution.

L’innovation aux portes du centre-ville : vers un Quartier de l'innovation

« Je tiens à remercier la Chambre de commerce de Montréal et la Ville de Montréal de nous donner l’occasion de vous présenter les projets de l’ÉTS et la vision de développement de son quartier. Car après s’être développée rapidement depuis son emménagement dans le quartier du Sud-Ouest en 1997, l’ÉTS a encore des projets, stimulants non seulement pour elle, mais aussi pour Montréal en tant que ville innovante.

ccmm1-(2).jpg

L’ÉTS est une constituante du réseau de l’Université du Québec. spécialisée dans la formation et la recherche appliquées en génie, et poursuit également une mission de transfert technologique en entreprise.

On compte à l’ÉTS près de 5500 étudiants à tous les cycles universitaires, dont pratiquement 25 % de l’ensemble des étudiants de baccalauréat en génie au Québec. L’ÉTS se situe d’ailleurs au 1er rang au Québec et au 3e au Canada pour ce qui est du nombre total de diplômes d’ingénieur décernés annuellement. Elle compte plus de 1200 étudiants aux cycles supérieurs, dont près de 300 uniquement au doctorat.

La formation appliquée est la caractéristique qui distingue le plus nettement l’ÉTS des autres établissements qui forment des ingénieurs. Ce côté pratique unique fait en sorte que plus de 50 % de nos étudiants proviennent des différentes régions du Québec. Cette particularité, qui fait aussi notre force, a également un effet sur le taux de placement de nos diplômés, qui avoisine les 100 %.

L’ÉTS privilégiant la formule de l’enseignement coopératif, soit l’alternance de trimestres de cours et de stages en entreprise, nos étudiants effectuent chaque année au-delà de 2000 stages dans plus de 1000 entreprises, ce qui représente des revenus annuels de 25 millions $ pour les étudiants.

Avec dix chaires de recherche et des dizaines de groupes de recherche, les fonds de R-D représentent près de 20 millions $, dont pas moins de 50 % proviennent de l’industrie – soit le plus haut pourcentage parmi les universités canadiennes.

Il est à noter à ce chapitre que la forte représentation du milieu industriel et des affaires à ses instances décisionnelles est une autre caractéristique unique de l’ÉTS, avec 50 % au c.a., 80 % au conseil exécutif et 30 % à la commission des études (également unique pour une université canadienne).

Depuis sa création et suivant sa mission axée sur le génie et la recherche appliqués, l’ÉTS a développé des partenariats importants avec le milieu industriel comme avec des organismes scientifiques et technologiques et d’autres établissements d’enseignement.

L’ÉTS s’est implantée sur d’anciens sites industriels du Sud-Ouest de Montréal et les a progressivement remplacés par un campus urbain. Près de 250 millions $ ont été investis depuis 1997 en développement immobilier. Nous avons fait l’acquisition de terrains, construit des bâtiments institutionnels et des résidences étudiantes.

ccmm2.jpg

ciii_batisse.jpgEncore cet automne, nous avons entrepris la réfection d’un édifice à l’angle des rues Peel et William, un immeuble de 100 000 pi2 qui sera transformé en centre d’innovation pour l’industrie, le Carrefour d’innovation INGO – les lettres IN pour innovation et les lettres GO évoquant le mouvement et le dynamisme. Ce projet de 25 millions ouvrira ses portes aux partenaires industriels dans un an. Une seconde phase d’expansion de 100 000 pi2 est présentement à l’étude.

En créant le Carrefour d’innovation INGO, l’ÉTS compte accentuer son rôle de vecteur de l’innovation auprès d’une partie des joueurs, soit les entreprises. Ce centre accueillera des entreprises désirant travailler étroitement avec l’ÉTS à des dossiers d’innovation. Les entreprises auront accès aux laboratoires, à tous les services de l’École et aux professeurs chercheurs, aux étudiants et aux diplômés.

Nous avons également sur la planche à dessin la Maison des étudiants, qui offrira espaces de travail et de détente, terrain de soccer, aréna, espaces verts, etc., et dont pourra profiter la communauté du quartier à partir de 2013.

Innovateur, ce projet, qui représente pour sa part un investissement de 50 millions $, est élaboré en collaboration avec le génie étudiant. Dans le cadre d’un atelier, cinq équipes composées d’étudiants de l’ÉTS et du programme de maîtrise en architecture de l’Université McGill, ont soumis des idées et participé directement à l’élaboration du concept – une première au Canada.

Enfin, nous prévoyons une quatrième phase de résidences en 2012. Ce nouvel immeuble représente quant à lui un investissement de 25 millions $.

Bref, beaucoup de projets immobiliers!

En consolidant ainsi les activités d’enseignement et de recherche à l’ouest de la rue Peel, avec la construction de la Maison des étudiants et les nouvelles résidences, et en développant le pôle économique et les relations avec l’industrie à l’est, avec le Carrefour INGO –, l’ÉTS est en voie de créer un campus technologique urbain pleinement intégré, au cœur de la Ville.

ccmm3.jpg

Il n’y a aucun doute qu’en emménageant dans le Sud-Ouest, l’ÉTS a fortement contribué à la revitalisation de ce quartier où les espaces désaffectés abondaient. Aujourd’hui, elle se trouve au cœur d’un quartier où l’on prévoit plus de 6 milliards $ d’investissements au cours de la prochaine décennie : pensons au réaménagement de l’autoroute Bonaventure, aux Bassins du Nouveau Havre, au Projet Griffintown et au projet de la gare Windsor.

Par ailleurs, l’ÉTS se trouve à proximité de la plus importante concentration de spécialistes des secteurs des TI et du multimédia au Canada : la Cité du multimédia, qui regroupe 6000 emplois spécialisés, la Cité du commerce électronique, qui en regroupe autant, et l’incubateur d’entreprises le Nordelec, situé près du canal de Lachine, qui compte 235 entreprises, dont une grande part est également active dans la nouvelle économie. Avec la communauté de l’ÉTS, cela représente quelque 20 000 personnes actives dans des secteurs scientifiques et technologiques de pointe.

Dans un tel contexte où priment les idées novatrices et audacieuses, l’ÉTS considère que tous les ingrédients sont en place pour proposer une vision particulièrement mobilisatrice, non seulement pour le milieu universitaire mais également pour un ensemble de joueurs du milieu universitaire et des affaires.

L’ampleur et la concentration des projets des promoteurs privés et institutionnels (soit la Société du Havre et la Société immobilière du Canada), associées aux technopôles déjà implantés et au campus de l’ÉTS, esquissent le portrait d’un nouveau quartier, à proximité du centre-ville actuel.

Aussi, nous avons récemment invité nos voisins développeurs institutionnels et privés à partager notre vision d’un Quartier de l’innovation et à devenir nos partenaires.

ccmm4.jpg

Notre mission avec ce quartier de l’innovation est de développer autour d’institutions de haut savoir un milieu de grande qualité urbaine regroupant une communauté dynamique, créative et engagée qui, grâce à une collaboration avec l’université, vise le développement d’entreprises et de technologies innovantes et de programmes d’études et scientifiques de portée internationale adaptés aux besoins du milieu.

Avec les richesses que recèle déjà Montréal, il est tout à fait pensable de mettre en place un tel environnement scientifique et technologique urbain de portée internationale; de créer un véritable écosystème propice à l’innovation, un modèle de développement durable qui serait desservi notamment par un système de transport collectif. Le projet de tramway et le Bixi vont dans ce sens.

Un quartier dédié à l’éclosion de technologies innovantes ajouterait une facette à l’image et à la signature distinctives de Montréal, qui possède déjà le Quartier des spectacles et le Quartier international.

La collaboration d’universités – et ici c’est avec un très grand plaisir que j’annonce que l’Université McGill s’est récemment jointe à nous dans ce projet –, la collaboration d’entreprises et la Ville de Montréal travaillant ensemble à des projets technologiques d’envergure aurait à n’en pas douter un pouvoir d’attraction sur les chercheurs et professionnels talentueux comme sur les investissements.

En outre, des projets technologiques présentant une grande capacité d’attraction de talents et d’investissements pourraient voir le jour : par exemple la transformation du Planétarium, notre voisin, en centre de recherche et technologies immersives (autrement dit le mariage du génie et de l’art), ou encore le déploiement du 4G dans tout le quartier. Sans compter l’installation à l’ÉTS d’un superordinateur de classe mondiale pour le Consortium Laval-Québec-McGill et l'est du Québec. Autant de projets potentiels et très porteurs.

Notre vision est axée sur le rôle catalyseur que peuvent avoir des établissements universitaires tels l’ÉTS et McGill comme leviers de rétention, d’attraction et de développement économique. L’ÉTS est reconnue comme modèle phare pour ses collaborations université-entreprise. De son côté, la réputation de McGill n’est plus à faire. Reconnue mondialement pour la qualité de la recherche, de l’innovation et du transfert de connaissances, elle cherche aujourd’hui à accroître son engagement envers l’industrie, le monde des affaires et la ville de Montréal. Pour elle, le Quartier de l’innovation est l’occasion idéale de concrétiser cette volonté.

Pour l’ÉTS et McGill, les prochaines étapes consistent à établir, puis à proposer un plan d’orientation répondant aux besoins des entreprises, de ses partenaires et du milieu; à poursuivre la mobilisation des acteurs appelés à jouer un rôle dans le quartier de l’innovation et enfin, à établir une formule de gouvernance qui soit compatible avec les aspirations des acteurs qui partagent notre vision.

Nous croyons ferme à l’immense potentiel de cette vision extrêmement porteuse pour Montréal et pour tous les partenaires qui s’y joindront.

Si elle était auparavant isolée dans une zone désaffectée, l’ÉTS se trouve à présent dans un quartier en mutation profonde et en pleine croissance: près de 10 000 nouveaux résidents et des milliards de dollars d’investissements sont attendus d’ici 2025. Nous voulons maintenant contribuer à en faire la vitrine d’une revitalisation urbaine réussie, inspirée par des valeurs de développement durable et d’innovation sociale.

À l’ÉTS, nous voyons le Quartier de l’innovation comme un écosystème propice à l’innovation, dynamisé par des institutions de haut savoir, et situé au cœur d’une cité moderne et dynamique.

Je vous remercie de votre attention. »

campus_est_01_10.jpg

Voir aussi :
Mémoire Le Quartier Bonaventure, levier d’un vaste Quartier de l’innovation au centre-ville du nouveau Montréal

Pour information
Manon Lamoureux
Service des communications
514 396-8973

NouvellesFil RSS