Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2010  

Partenariat de recherche

Hommage de l'ADRIQ au professeur Jean-François Chatelain

18 octobre 2010
Jean-Louis Legault, président-directeur général de l'ADRIQ, Jean-François Chatelain et Abdelatif Atarsia, spécialiste en composites, Procédés manufacturiers et innovation chez Bombardier Aérospatiale
Montréal, le 18 octobre 2010 - Les produits composites ont la cote dans l'industrie aéronautique. Au Québec, le lancement de la série C de Bombardier a accéléré la production de pièces usinées en composite. Mais il reste encore des enjeux de production tant technologiques qu'économiques. Jean-François Chatelain, professeur au Département de génie mécanique, a transformé ces problèmes en objectifs de recherche dans le cadre d'un projet de 1,9 M$.

Ce projet lui a valu le 23 septembre un prix Hommage de l'Association de la recherche industrielle du Québec (ADRIQ). Cette distinction lui a été décernée dans le cadre du gala «Célébrons le partenariat», tenu à Montréal, un événement soulignant les réussites commerciales de collaborations technologiques québécoises entre chercheurs, entrepreneurs et partenaires.

Étalé sur une période de quatre ans et intitulé Optimisation des procédés d'usinage des composites multicouches dans la fabrication d'avion, le projet a reçu l'appui du Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), du Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale au Québec (CRIAQ), de NanoQuébec, et de MITACS (réseau de recherche subventionné par le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux).

Outre Jean-François Chatelain, qui en est le leader, il regroupe des chercheurs de l'École Polytechnique, de l'Université du Québec à Trois-Rivières, du Centre technologique en aérospatial (CTA), ainsi que les partenaires industriels suivants : Bombardier Aérospatiale, Avior Integrated Products, Delastek, Minicut International et AV&R Vision and Robotics.

L'objectif de l'équipe est d'optimiser l'usinage des composites multicouches dans le but de mettre au point des avions plus légers. Pour Bombardier et ses sous-traitants, il s'agit là d'un partenariat stratégique qui lui permettra d'améliorer la qualité des avions de sa nouvelle série tout en respectant les impératifs économiques.

Les résultats sont transférés à chaque maillon de la chaîne: d'abord à la source, par l'intégration de nouveaux outils de coupe (chez Minicut International), puis avec des méthodes d'usinage robotisées (chez AV&R Vision & Robotics), puis lors de la fabrication des composantes (chez Avior, Delastek), et enfin chez l'intégrateur, soit Bombardier.

Le coût de fabrication des matériaux composites est plus élevé que celui des matériaux traditionnels comme le bois, l'acier ou l'aluminium. Toutefois, leurs avantages sont supérieurs. Grâce à leurs propriétés, ils apportent légèreté, résistance mécanique et chimique, entretien minimal et liberté de formes. Les matériaux composites sont si légers que chaque fois qu'on allège un aéronef de 450 kilos, il est possible d'accueillir six passagers supplémentaires, ou encore de diminuer les émissions de gaz carbonique.

Toutefois, les composites sont des matériaux complexes qui posent des problèmes nouveaux aux opérations d'usinage tels que le perçage, le découpage ou le fraisage des surfaces qui permettent d'obtenir l'effet géométrique voulu. Le défi consiste maintenant à trouver des moyens pour diminuer les coûts d'usinage et donc de mettre au point des processus et des outils qui soient économiques, rapides et qui répondent aux exigences de qualité de l'industrie aéronautique.


Pour information
Manon Lamoureux
Service des communications
514-396-8973

NouvellesFil RSS