Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2010  

Doctorat honoris causa

L'ÉTS rend hommage à Charles Sirois, président et chef de la direction de Télésystème

5 novembre 2010
Yves Beauchamp, directeur général de l'ÉTS, Charles Sirois et Sylvie Beauchamp, présidente de l'Université du Québec
La cérémonie annuelle de collation des grades de l'ÉTS s'est tenue le dimanche 31 octobre à la Place des Arts. Cet événement solennel a été l'occasion pour l'École de remettre un doctorat honoris causa à Charles Sirois, homme d'affaires et de finances influent doté d'un sens de l'entrepreneurship aiguisé, et modèle inspirant pour les finissants.

Invités à entretenir des liens avec l'ÉTS, leurs camarades et leurs professeurs, les nouveaux diplômés ont également eu le privilège d'entendre l'allocution inspirante Charles Sirois. S'il est déjà titulaire de doctorats honorifiques d'autres établissements universitaires, celui de l'ÉTS, a-t-il expliqué, est particulièrement significatif. Car pour ce titulaire d'un baccalauréat et d'une maîtrise en finance qui a fondé et cofondé de nombreuses entreprises, le progrès passe nécessairement par les technologies.

Après avoir hissé l'entreprise familiale de radiomessagerie aux premiers rangs de son secteur, il fondait Télésystème, une société de capitaux privés investissant dans des sociétés à haut potentiel de rendement essentiellement actives dans l'économie numérique en 1984. Vers la fin de cette décennie, il fusionnait ses entreprises de radiomessagerie avec Bell Cellulaire pour créer BCE Mobile, qu'il a dirigée pendant quelques années, puis vendit ses parts et prit la direction et la présidence du conseil de Téléglobe, qu'il a transformée en multinationale de services interurbains.

De 1992 à 2000, il sera le président du conseil et chef de la direction de ce géant. En 1994, il fonde Télésystème Mobiles International (TIW) et introduit le cellulaire en Chine, au Brésil, en Inde, en Roumanie et en République tchèque. Parallèlement, en 1995, il fonde Microcell Télécommunications (Fido), dont il assure la présidence du conseil jusqu'en 2003.

Parrainé par les pays du G8 au sommet de 2002 et supporté par l'ACDI, il crée Enablis Réseau Entrepreneurial avec des partenaires en 2004. Enablis est un organisme à but non lucratif dont la mission est d'appuyer les entrepreneurs dans les pays en développement en leur donnant accès, à un coût abordable, à un éventail de ressources professionnelles et financières. Depuis, Charles Sirois est le président du conseil de cet organisme qui lui tient particulièrement à cœur et qui a créé jusqu'à présent plus de 10 000 emplois en Afrique.

En 2004 et 2005, il se départit de ses entreprises de télécommunications mais consacre toujours autant d'énergie à Télésystème en misant surtout sur les créateurs en qui sa société choisit d'investir.

Ce qui frappe chez cet homme passionné est sans contredit sa capacité d'innovation et son audace. Ses réalisations démontrent qu'il ne craint pas de courir des risques. Pour atteindre la prospérité, martèle-t-il, «il faut de la vision, de la volonté et de la détermination. Ça ne vient pas facilement. Ça prend de l'audace et du temps.»

Détermination et audace. Deux mots que Charles Sirois conjugue invariablement avec le mot «technologies». Sans cette combinaison, point de prospérité, affirme-t-il. De même que l'économie du savoir doit aller de pair avec l'innovation. Selon lui, le savoir sans l'innovation reste lettre morte. C'est pourquoi il estime crucial de mettre les scientifiques qui réussissent en valeur et de les ériger en modèles pour les jeunes.

Un homme d'affaires occupé et reconnu
Ce financier est également associé fondateur de Tandem Expansion, une société privée d'investissement axée sur la croissance du capital des entreprises technologiques canadiennes à potentiel élevé, et président du conseil d'administration de la Banque Canadienne Impériale de Commerce.

Reçu membre de l'Ordre du Canada en 1994 et chevalier de l'Ordre national du Québec en 1998, il recevait le 27 octobre 2010, à peine quelques jours avant son doctorat honoris causa de l'ÉTS, le Grand Prix de l'entrepreneur d'Ernst & Young, récompensant les entrepreneurs les plus impressionnants du Canada.

C'est donc un homme d'affaires impressionnant qu'honorait à son tour l'ÉTS, un homme dont les valeurs sont basées sur les qualités humaines, la promotion des sciences et des technologies.



Pour information
Manon Lamoureux
Service des communications
514-396-8973

NouvellesFil RSS