Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2009  

Concours Chapeau les filles

Maude Lapointe-Rioux : une étudiante de l'ÉTS qui se démarque

8 mai 2009
Maude Lapointe-Rioux
Le 4 mai 2009, Maude Lapointe-Rioux, étudiante au baccalauréat en génie de la production automatisée, a reçu une bourse de 2000 $ du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation lors de la cérémonie de remise des prix du concours Chapeau, les filles! et de son volet Excelle Science. Ces prix récompensent des jeunes femmes pour leur choix de formation et de carrière dans des domaines traditionnellement masculins. Le concours vise à sensibiliser la population ainsi que le milieu du travail à l'intégration des femmes dans ces domaines.

Maude a reçu l’une des 15 bourses du volet universitaire Excelle Science, qui s'adresse aux étudiantes inscrites à un programme menant à l'obtention d'un baccalauréat dans une profession scientifique dont les femmes constituent moins du tiers de la main-d’œuvre.

Diplômée en 2006 du programme de Technologie de conception électronique du Cégep Gérald-Godin, à Ste-Geneviève, Maude Lapointe-Rioux était loin d’être certaine de son choix de carrière. « Je n’étais pas très sûre de ce que je voulais faire dans la vie, mais j’ai tout de même fait quelques recherches sur les programmes qui se donnaient à l’ÉTS. Et parmi ceux-ci, celui de génie de la production automatisée m’a attirée. Ce programme semblait répondre à tous mes besoins. Je voulais étudier dans différents domaines (mécanique, électrique, logistique, etc.) parce que j’aime la diversité. Deuxièmement, je voulais relever de nouveaux défis en haute technologie. Troisièmement, je voulais des mathématiques, parce que j’en mange! Quatrièmement, je désirais utiliser ma créativité pour réaliser des projets. Finalement, l’automatisation étant un domaine en constante évolution, j’allais pouvoir apprendre sans cesse. Je me suis donc inscrite à l’ÉTS avec beaucoup d’enthousiasme et d’excitation. »

« Depuis mon entrée à l’automne 2006, je réussis tous mes cours avec succès, je cumule les expériences professionnelles lors des stages rémunérés, je m’implique dans des activités parascolaires et je fais même partie d’un club étudiant. Bref, j’aime ce que je fais et je suis très motivée. »

DSC_1466.JPGEn effet, Maude a passé tout le trimestre d'automne 2008 en Afrique dans le cadre du Programme de regroupement étudiant pour la coopération internationale (PRÉCI) de l’ÉTS. « Avec quatre autres étudiants, j’ai construit une maternité dans le village de Kibimba, au Burundi. Nous avons réalisé le projet en entier, ce qui signifie qu'il nous a fallu trouver le financement, établir des contacts au Burundi et s’affilier avec une ONG… en plus de nos préparatifs de départ! Cette expérience inoubliable m’a permis de développer mon sens de l’organisation, de mieux gérer mon stress, et de vraiment apprendre ce qu’est le travail d’équipe et le respect des échéanciers. Tout ça dans un environnement physique et culturel inconnu.»

« Quand j’étais en Afrique, je ne sais pas si j’ai influencé d’autres femmes, mais j’espère que c’est le cas. Je sais au moins que j’ai montré qu’il était possible pour une femme de travailler avec des hommes. Pour travailler dans un domaine à prédominance masculine, je crois qu’il faut simplement rester soi-même. C’est très important d’avoir de l’estime et de la confiance en soi. En ce qui me concerne, la clé de ma réussite, c’est tout simplement d’aimer ce que je fais, de me pencher sur mes succès et d’apprendre de mes échecs. De plus, je suis fonceuse et je n’ai pas peur. J’ose le dire quand je ne comprends pas et je pose des questions. »

DSC_1456.JPG« La profession que j’ai choisie amène de grandes responsabilités professionnelles et des tâches multidisciplinaires. En effet, l’ingénieur en automatisation doit mettre en œuvre les applications de la science par la conception, l’analyse et le développement de nouveaux produits, mais il doit aussi travailler avec l’aspect humain quant à la gestion du personnel, à la santé et sécurité et à l’équipe de travail. L’ingénieur doit être prêt à relever des défis de taille. Il doit aussi aimer le changement puisque le domaine de la robotique est en constante évolution. »

Et pour le futur? « Quand j’aurai terminé mon baccalauréat, j’aimerais participer à un projet de développement de parc éolien. Je crois que l’énergie éolienne est une solution propre qui pourra à long terme permettre la préservation de notre environnement. Pour moi, c’est très important de prendre les mesures nécessaires pour arriver à améliorer les conditions environnementales et prendre ainsi le pas sur l’avenir. »

Félicitations Maude!

Voir aussi :
Site du PRÉCI
Pour information
Sébastien Langevin
Service des communications
514-396-8973

NouvellesFil RSS