Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH
2009  

Collation des grades 2009

L’ÉTS remet un doctorat honoris causa à Alain Bellemare

20 novembre 2009
Sylvie Beauchamp, présidente de l'UQ, Alain Bellemare, et Yves Beauchamp, directeur général de l'ÉTS
Outre les 900 diplômés de l’année 2009, dont 300 étaient à la Place des Arts dimanche dernier pour leur cérémonie de collation des grades et célébrer cette étape importante de leur vie, l’ÉTS a souligné le fait qu’elle a décerné cette année le 1000e diplôme de maîtrise depuis sa création et le 100e de doctorat.
Formule SAE
Lors de la même cérémonie, l’auditoire a eu la chance d’entendre une allocution à la fois très inspirante et touchante du nouveau docteur honoris causa de l’ÉTS et ex-président-directeur général de Pratt & Whitney Canada, M. Alain Bellemare.

Président depuis janvier 2009 de Hamilton Sundstrand qui, comme Pratt & Whitney, est une société de la multinationale United Technologies Company (UTC), Alain Bellemare recevait de l’Université du Québec, sous l’égide de l’ÉTS, un doctorat honorifique en hommage à ses qualités exceptionnelles et à l’expérience extrêmement enrichissante dont il a fait bénéficier l’École. Cet ingénieur et gestionnaire représente un modèle non seulement pour les étudiants et les diplômés, mais pour tous les ingénieurs du Québec.

Entré chez Pratt & Whitney Canada en 1996 à titre de vice-président, Fabrication, Alain Bellemare en a ensuite été le premier vice-président, et enfin le président. À ce titre, il était responsable des activités mondiales en matière de conception, de fabrication et de soutien technique de moteurs équipant des hélicoptères, des avions d’affaires, des appareils d’aviation générale et des avions de transport régional.

Gestionnaire visionnaire, M. Bellemare n’a jamais cessé d’investir en recherche et développement malgré l’important cycle baissier de 2001-2002 qu’a connu l’industrie aéronautique. Ses décisions éclairées ont ainsi permis à la société de retrouver rapidement sa cadence. Si bien qu’en 2005, Pratt & Whitney Canada affichait un volume de production équivalant à celui que la société avait connu avant le ralentissement.

Devant ces résultats, on ajoutait à ses fonctions de président de Pratt & Whitney Canada celle de vice-président du groupe stratégie et développement de Pratt & Whitney, en avril 2007. Poste qu’il a quitté à la fin de l’année 2008 pour accepter celui qu’il occupe maintenant chez Hamilton Sundstrand, située à Hartford, au Connecticut. Titulaire d’un baccalauréat en génie mécanique de l’Université de Sherbrooke obtenu en 1985, Alain M. Bellemare a également étudié le génie aéronautique à l’École Nationale Supérieure d’Ingénieurs en Construction Aéronautique, à Toulouse, et obtenu un MBA de l’Université McGill.

Au cours de sa carrière, loin d’être terminée puisqu’il est dans la jeune quarantaine, M. Bellemare a reçu de nombreux honneurs. Il a reçu un prix Arista de la Jeune Chambre de commerce de Montréal; a été nommé Nouveau Performant pour sa gestion exceptionnelle et a figuré parmi les 40 Canadiens performants de moins de 40 ans.

L’Université McGill lui a décerné un prix de gestion; le magazine Flight – mondialement réputé dans le secteur aéronautique –, lui a remis le prestigieux Publisher’s Award for Outstanding Contribution to Aerospace; le Mouvement québécois de la qualité et le gouvernement du Québec lui ont accordé une reconnaissance pour sa contribution et, tout juste avant de quitter Pratt & Whitney pour Hamilton Sundstrand, il était nommé PDG de l’année par le quotidien La Presse.

Par ailleurs, de 1998 à 2003, cet homme apprécié et fort occupé a siégé au conseil d’administration de l’École, dont les membres considèrent comme un privilège d’avoir pu compter sur son savoir-faire et son sens aiguisé des affaires. Il a également siégé au comité exécutif et au conseil du Fonds de développement.

Dans son allocution aux nouveaux diplômés, M. Bellemare a insisté sur « la passion de la performance et de l’innovation », des éléments essentiels dans un environnement mondial marqué par une forte concurrence, a-t-il précisé. Il a encouragé les jeunes ingénieurs à faire preuve de courage et de ténacité malgré les obstacles et à ne pas baisser les bras, à prendre des risques et à être prêt à dépasser les attentes. « Votre façon de faire face aux défis déterminera votre niveau de réussite», a-t-il ajouté à leur intention.


Pour information
Manon Lamoureux
Service des communications
514-396-8973

NouvellesFil RSS