Après le diplôme


Un titre d'ingénieur reconnu en France

La Commission des titres de l'ingénieur en France et le Bureau canadien d'agrément des programmes de génie (BCAPG) du Conseil canadien des ingénieurs ont un accord reconnaissant la profession d'ingénieur dans leur pays respectif.

Cet accord permet donc aux ingénieurs canadiens, diplômés de programmes agréés par le BCAPG, d'être reconnus comme des ingénieurs diplômés en France, et réciproquement.

Afin de faire reconnaître votre titre d’ingénieur sur le territoire français, vous devrez au préalable satisfaire aux exigences de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Après l'obtention du diplôme de baccalauréat en génie, l’OIQ exige de tous les finissants une période de juniorat de trois années. Cette période se traduit par une année de travail obligatoire au Canada. Par la suite les deux autres années d’expérience peuvent être réalisées en France ou ailleurs dans le monde. Le Canada peut vous offrir un permis de travail postdiplôme.

Les diplômés de l'ÉTS sur le marché du travail

  • 96 % des diplômés de l'ÉTS ont un emploi à temps complet ou poursuivent des études à temps complet
  • 92 % travaillent dans leur domaine d'études
  • 76 % ont trouvé un premier emploi un mois ou moins après la fin de leurs études
  • 35 % ont obtenu un emploi dans une entreprise où ils avaient déjà effectué un stage