Mon ÉTS  |  Bibliothèque  |  Bottins  |  Emplois  |  Intranet  |  ENGLISH

Témoignages des anciens


 
Dale Fortin
Étudiant en génie mécanique

Pays d'accueil : États-Unis

Établissement d’accueil : Université du Nouveau- Mexique

Session  :  Hiver 2015

« Je suis maintenant de niveau avancé en anglais et c’est très important de nos jours avec la mondialisation. Je suis aussi plus ouvert sur les autres cultures. »
 
dale fortin ets
Son témoignage
Quelle a été la plus belle expérience de votre séjour?

Lors de mon voyage, j’ai eu la chance d’avoir une mi-session d’une semaine complète. Nous avons alors pu faire un « round trip » de dix jours vers Las Vegas. Nous avons passé par le Grand Canyon où nous avons pu faire une randonnée de deux jours. Nous avons dormi tout près de la rivière Colorado, et les étoiles étaient magnifiques. C’était une épreuve éprouvante, mais c’est ma plus belle expérience là-bas.

Qu’avez-vous observé sur place?


Je m’attendais à séjourner dans une ville semblable aux autres villes des États-Unis. Albuquerque est différente, l’architecture y est intrigante et les gens y sont très accueillants. L'établissement ressemblait beaucoup à l’ÉTS mis à part le fait que c’était un campus, ce qui rendait la vie étudiante très intéressante. Beaucoup d’activités ainsi que des festivités de toutes sortes y étaient organisées.

Pourquoi avez-vous choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS?


J’ai choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS parce que je savais qu’aller à l’étranger était une expérience incroyable et j’avais raison. C’était aussi pour moi une chance de voir d'un autre oeil  l’enseignement de l’ingénierie. L’ÉTS a aussi établi de nombreux partenariats avec des écoles étrangères ce qui donne un vaste choix d’endroit où étudier. On me disait toujours que c’était compliqué d’aller en échange; pour ma part, j’ai trouvé que l’on était bien guidé dans tout ça. 

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui songent à participer à la mobilité internationale de l’ÉTS?

Je leur dirais d’y aller à fond, car c’est une expérience inoubliable. Qu’ils n’auront pas beaucoup de chance comme celle-ci dans la vie d’aller vivre dans un endroit durant quatre ou huit mois et d’y apprendre la culture, la langue, l’enseignement et bien plus. Je leur dirais aussi que s’ils veulent vivre cette expérience, ils doivent investir beaucoup de temps dans la préparation et qu'une fois là-bas, ils devront sortir de leur zone de confort.



Étienne Roberge
Étudiante en génie de la production automatisée

Pays d'accueil : Allemagne

Établissement d’accueil : Université technique de Munich

Session  : Automne 2014 

«   Le programme de mobilité est une chance exceptionnelle de pouvoir faire un voyage, de rencontrer des gens, d’apprendre de nouvelles langues, de vivre dans une autre culture et tout ça, en étudiant. »
etienne roberge
Son témoignage

Quelle a été la plus belle expérience de votre séjour?

La plus belle expérience de mon voyage est très certainement de m’avoir fait de nouveaux amis malgré la barrière de la langue. Lors de mon arrivée, j’ai dû créer de nouveaux repères très rapidement puisque j’étais dans un endroit qui m’était totalement étranger. Cela m’a permis de découvrir plusieurs choses, même si celles-ci étaient normales et anodines.

Qu’avez-vous observé sur place?

C'est certain que la langue crée un grand choc culturel, mais la plupart des gens sont prêts à nous aider. Les Allemands sont généralement plus réservés que nous, j'ai donc dû faire souvent les premiers pas pour établir une relation avec quelqu’un. 

Les étudiants s'investissent beaucoup dans leurs études, car ils occupent très rarement un emploi qui leur permette d'étudier à temps plein. Ils prennent ça très au sérieux puisque le titre d'une personne (par ex, : Ing, Ph.D.) est très important dans leur société.

Pourquoi avez-vous choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS?

J’avais envie de découvrir quelque chose de nouveau et je crois que le programme de mobilité internationale de l’ÉTS m’a permis d’acquérir une expérience exceptionnelle que je n’aurais jamais pu vivre sans aide. Grâce aux partenariats que l'ÉTS a conclus avec des universités réputées partout dans le monde, j’ai pu étudier et observer différents points de vue dans le domaine de l’ingénierie.



Ève-Line Cadotte
Étudiante en génie mécanique

Pays d'accueil : Belgique

Établissement d’accueil : Université Libre de Bruxelles.

Session : Automne 2014 

« Le programme de mobilité est une chance exceptionnelle de pouvoir faire un voyage, de rencontrer des gens, d’apprendre de nouvelles langues, de vivre dans une autre culture et tout ça dans un cadre universitaire. »
eveline cadotte
Son témoignage
Quelle a été la plus belle expérience de votre échange?

Les voyages, en général. Le plus beau voyage que j’ai fait a été celui à Krakow en Pologne. J’ai appris tellement de choses intéressantes, en plus de visiter les camps de concentration d’Auschwitz et de Birkenau. C’est aussi le voyage qui m’a le plus déstabilisée à cause de la langue qui est très étrange pour nous, mais aussi parce que cette ville m’a transportée dans un univers médiéval et un peu glauque, même s'il est rempli d’histoire. Ce voyage a piqué ma curiosité sur une tonne de sujets : la Deuxième Guerre mondiale, Copernic, les Juifs en général, Marie Curie, etc.

Qu’avez-vous observé sur place? Avez-vous vécu un choc culturel? Vos idées de départ ont-elles changé à votre arrivée? Quelles sont les principales différences avec l’ÉTS et le système d’éducation d’ici? Que pensez-vous de l’environnement d’études et des rapports humains dans votre pays d’accueil?


Tout au long de mon expérience, j’ai eu tendance à comparer beaucoup le Québec avec les gens et les cultures que je rencontrais. À un certain moment, il faut accepter les différences, mais savoir quand leur apporter nos forces.

J’ai remarqué que les Européens se posaient beaucoup de questions avant de passer à l’acte, ce qui m'est souvent apparu inutile. Ils font beaucoup attention à la forme de ce qui est exprimé, tandis que nous, Québécois, y portons peu attention. Je crois qu’en venant ici, il faut faire attention à la façon dont on s’exprime, car les gens peuvent croire qu’on est méchant même si ce nous n'avions pas l'intention de l'être.

Quant au système d’éducation, je crois que beaucoup de temps est passé à faire des démonstrations mathématiques qui, selon moi, sont redondantes et inutiles pour de futurs ingénieurs. Les gens sont beaucoup plus individualistes par rapport à leurs études et les professeurs n’ont pas l’air d’apprécier les questions.

Pourquoi avez-vous choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS?

Parce que c’était une occasion de mêler les études et les voyages. Je crois qu’on apprend vraiment à connaître les cultures en vivant complètement dans une ville plutôt qu'en y séjournant en tant que touristes. Le programme de mobilité internationale nous permet de le faire et je ne sais pas quand j’aurai la chance de vivre une autre expérience de ce genre.
Quels sont, pour vous, les bénéfices d’un tel programme sur votre cheminement universitaire et professionnel?

Cette expérience m’a permis d’apprendre dans des conditions totalement différentes. Je crois que dans tout emploi, c’est bien de savoir s’adapter. Les notions que j’ai apprises m’ont fait voir la physique d’une autre façon (dans mon cas, de façon plus mathématique), et je suis impatiente de voir l’impact que cela aura sur ma compréhension des cours à l’ÉTS. De plus, je suis maintenant beaucoup plus ouverte à voyager dans mon futur travail et cela ouvre beaucoup plus de portes

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui songent participer à la mobilité internationale de l’ÉTS?

Il ne faut pas trop réfléchir. Il faut trouver l’endroit où on veut aller et faire les démarches pour y arriver. Il ne faut surtout pas an+ticiper le travail que ça engendre, car cela peut être décourageant au premier coup d’oeil. Au risque d’être redondante, l’expérience vécue est incommensurablement plus gratifiante que le temps et le travail mis pour y arriver.



Jérémie Bussière
Étudiant en génie mécanique

Pays d'accueil : Finlande

Établissement d’accueil : Université technologique de Tampere 

Session : Hiver 2015 

« J’ai maintenant l’assurance de vivre dans un autre pays, j’ai une confiance accrue dans des situations déstabilisantes et je suis bilingue. »    
jeremi buissière ets
Son témoignage

Quelle a été la plus belle expérience de votre échange?

J’avais un peu d’appréhension par rapport à mon échange en Finlande et j’ai été agréablement surpris à tous les égards. D’un point de vue scolaire, l’université se distinguait par sa vie étudiante active et palpitante. En prenant part aux évènements et aux traditions, j’ai pu m’immiscer dans la culture étudiante qui caractérise les universités techniques en Finlande. J’en ressens une grande fierté et je me sens comme un vrai teekkari – le terme pour décrire les étudiants techniques en Finlandais.

Qu’avez-vous observé sur place? Avez-vous vécu un choc culturel? Vos idées de départ ont-elles changé à votre arrivée? Quelles sont les principales différences avec l’ÉTS et le système d’éducation d’ici?  Que pensez-vous de l’environnement d’études et des rapports humains dans votre pays d’accueil?

La Finlande est un pays dont les habitants sont très instruits et où les études sont valorisées. De plus, la population étudiante a un rapport de force. Ainsi, les étudiants sont très respectés et privilégiés. De plus, la société encourage un mode de vie actif, ce qui fait qu'il est très facile d'y faire du sport. À première vue, les Finlandais peuvent sembler timides, mais ils sont par la suite très heureux d’échanger en anglais avec des étrangers, d'autant plus qu'ils maîtrisent vraiment très bien cette langue.

Pourquoi avez-vous choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS?

J’aime voyager et avoir d’autres expériences scolaires. Ainsi, le temps d’une session, j’ai pu compléter mes cours de concentration dans un domaine précis qui m’intéressait un peu plus que ceux offerts à l’ÉTS.

Quels sont pour vous les bénéfices d’un tel programme sur votre cheminement universitaire et professionnel?


Je sais que je pourrais vivre dans un autre pays. J'ai aussi acquis une confiance accrue pour faire face aux situations déstabilisantes. Je suis aussi bilingue. Je crois que ces bénéfices ont une valeur aux yeux d’un employeur, car j'ai pu démontrer mon savoir-faire dans un contexte autre que mon programme d’études actuel.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui songent participer à la mobilité internationale de l’ÉTS?

Le premier conseil serait de s’y intéresser. Il faut être motivé pour entreprendre les démarches. Il ne faut pas avoir peur de quitter ce que l’on a ici par crainte de ne pas le retrouver là-bas ou au retour. Du côté financier, nous avons la chance d’étudier dans un programme qui nous permettra d'efffacer rapidement cette dette dès que nous serons sur le marché du travail.



Mikaël Ducharme
Étudiant en génie électrique  

Pays d'accueil : France

Établissement d’accueil : Grenoble INP - Phelma

Session : Automne 2014

« Il s’agit d’une occasion à ne pas rater, et on en sort grandi. Pouvoir revenir en arrière, j’aurais fait un autre échange plus tôt dans mon programme d'études. »
michael ducharme ets
Son témoignage
Quelle a été la plus belle expérience de votre échange?

Faire du ski à 3600 m d’altitude à la station des 2-Alpes. Les paysages sont à couper le souffle. Le club de L’École de glisse Grenoble offre des tarifs avantageux aux étudiants pour skier dans les Alpes. En deuxième position, je dirais que mes voyages d’une semaine à Prague, en République Tchèque, et d'une semaine dans le Devon, en Angleterre, font partie des faits saillants de mon expérience.

Qu’avez-vous observé sur place?

Le plus gros choc culturel, c’est l’administration française et sa paperasse infernale. Heureusement, le Département de mobilité internationale à Grenoble fait un bon travail pour simplifier la paperasse aux étudiants internationaux. Cependant, pour tout le reste (compte de banque, ligne mobile, bail, etc.), on n’y échappe pas. Le dimanche, et lors des  nombreux jours fériés, tout est fermé.

Généralement, il est plus facile de se faire rapidement des amis internationaux. Cependant, les Français sont très accueillants une fois qu’ils te connaissent.

Pourquoi avez-vous choisi le programme de mobilité internationale
de l’ÉTS?


Mon frère aîné a eu l'occasion d'effectuer deux stages en Europe au cours de son parcours universitaire, alors que j’étais au secondaire. À partir de ce moment, vivre une expérience internationale a toujours été un objectif pour moi. Il s’agit d’une occasion à ne pas rater, et on en sort grandi. Pouvoir revenir en arrière, j’aurais fait un autre échange plus tôt dans mon bac.

Quels sont pour vous les bénéfices d’un tel programme sur votre cheminement universitaire et professionnel?

En échange, j’ai dû travailler très fort pour arriver à passer tous mes cours. J’obtiens  généralement de bons résultats à l’école et j’ai dû mettre plus d’effort que ce que je croyais. Les cours ne sont pas énormément plus difficiles que ceux de fin de programme de l’ÉTS, mais les méthodes d’enseignement et d’évaluation sont très différentes. Par exemple, on va chercher à évaluer davantage la compréhension de la mécanique derrière les concepts, plutôt que l'application de ces concepts.

Également, j’avais choisi mon programme parce que c’est un sujet du génie électrique peu couvert à l’ÉTS (électronique intégrée appliquée aux RF). Finalement, je vois cette expérience comme un avantage par rapport aux autres étudiants qui n’ont pas vécu de séjours internationaux.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui songent participer à la mobilité internationale de l’ÉTS?

Il est facile de se décourager quand on doit chercher des plans de cours sur des sites web déficients afin de remplir un document de concordances avec des cours qui seront potentiellement suivis dans un an. On peut parfois avoir l’impression de travailler à l’aveugle en choisissant des cours qui pourraient être en conflit. Mais en fin de compte, l’expérience est tellement gratifiante qu’il faut faire fi de ces petits désagréments.

Plus concrètement, je dirais que choisir tous ses cours dans un seul programme et une seule année est la façon la plus simple de ne pas se donner de maux de tête avec les conflits d’horaire. Comme dernier conseil, je dirais d’en profiter au maximum pour voyager et faire des activités une fois rendu à destination. Le temps passe très vite en échange.



Thierry Larue
Étudiant en génie de la construction

Pays d'accueil :  Espagne

Établissement d’accueil : Université polytechnique de Valences.

Session :  Hiver 2015 

« Je pense que voyager permet à chacun d'en découvrir énormément sur soi-même. »
Therry larue ets
Son témoignage
Quelle a été la plus belle expérience de votre échange?

Je pense que la plus belle expérience de mon échange étudiant fut mon voyage de dix jours au Maroc en autobus avec le groupe « Happy Erasmus ». Il s'agit d'un groupe qui organise des voyages pour les étudiants étrangers de Valence. J'y suis allé avec mes meilleurs amis, des Suisses et Allemands que j'avais rencontrés à Valence. Je me suis aussi fait des amis dans le groupe là-bas. Nous avons visité les principales villes du Maroc (Chefchaouen, Fes, Marrakesh, et Casablanca) et avons passé une nuit dans le désert. Nous avons également utilisé des dromadaires pour nous rendre dans le désert.
Je suis content d'avoir visité le Maroc, car c'est une culture vraiment différente de la nôtre et des cultures européennes. D'ailleurs, je pense que c'est lors de ce voyage que j'ai vécu mon plus grand choc culturel, et c'est sans aucun doute un des plus beaux pays que j'ai eu la chance de visiter dans ma vie.

Qu’avez-vous observé sur place? Avez-vous vécu un choc culturel? Vos
idées de départ ont-elles changé à votre arrivée? Quelles sont les
principales différences avec l’ÉTS et le système d’éducation d’ici? Que pensez-vous de d’environnement d’études et des rapports humains dans votre pays d’accueil?


Le choc culturel n'était pas très grand, mais tout de même présent. Du côté des rapports humains, je dirais que les Espagnols sont très chaleureux et généralement peu stressés. Ils semblent toujours joviaux et gentils. Comme si le beau temps les affectait! Mes idées de départ ont rapidement changé, je ne pensais pas qu'il s'agissait d'une ville avec autant d'étudiants étrangers. J'avais des amis allemands, italiens, français, suisses, autrichiens, portugais... et j'en passe! Le campus était magnifique et il y avait de nombreux services pour aider les étudiants (plusieurs bibliothèques, des cafés étudiants, des centres sportifs, de petits restaurants sur le campus, etc.).
Il y avait également beaucoup plus de travaux d'équipe et de participation étudiante en classe (beaucoup d'ateliers en équipe faits en classe). La présence en classe était d'ailleurs obligatoire.

Pourquoi avez-vous choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS?


J’ai une amie qui a fait un échange étudiant grâce au programme de mobilité de l’ÉTS et elle m’a convaincu que c’était une expérience incroyable. J’ai alors commencé les procédures et choisi le programme de mobilité de l’ÉTS. Le programme offre un soutien tout au long des procédures et répond à toutes les questions et interrogations des étudiants. De plus, le programme nous offreles outils nécessaires en vue d’un aussi long voyage.

Quels sont pour vous les bénéfices d’un tel programme sur votre cheminement universitaire et professionnel?

Je pense que voyager permet à chacun d'en découvrir énormément sur soi. On apprend à connaître ses limites et ce que l'on peut accomplir. De plus, j'ai pu
suivre des cours non enseignés à l'ÉTS, ce qui pourrait peut-être orienter ma carrière vers d'autres directions. J'ai pu observer des différences entre l'industrie de la construction de là-bas et celle d'ici. J'ai observé des philosophies de travail différentes.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui songent participer à la mobilité internationale de l’ÉTS?

Je leur conseillerais de foncer! La préparation du départ requiert  beaucoup de travail et d’effort, mais ça en vaut grandement la peine. Je conseille fortement de participer aux activités d'intégration et aux voyages organisés pour les étudiants étrangers. Il faut aussi assister aux traditions locales pour savourer pleinement l'expérience. En agissant de la sorte, on se crée des amitiés inoubliables qui dureront malgré les distances. C'est le genre  d'aventures qu'on raconte à ses enfants plus tard.



Guillaume Rivière
Étudiant en génie mécanique

Pays d'accueil :  Corée du Sud

Établissement d’accueil : KAIST (Korean Advance Institute of Science and Technology)

Session :  Automne 2015

« J’ai définitivement grandi intérieurement. Je suis quelqu’un de plus ouvert d’esprit et j’ai beaucoup appris sur moi-même.»
guillaume riviere ets
Son témoignage

Quelle a été la plus belle expérience de votre échange?

J’ai deux expériences mémorables qui se sont démarquées lors de mon séjour. La première est mon voyage dans la région de Sokcho. Deux amis et moi sommes partis dans le parc national de Seoraksan. Nous avons fait du camping et gravi les pics rocheux de la deuxième plus haute montagne de Corée. Nous avons aussi visité la côte est du pays proche de la frontière de la Corée du Nord. L’ambiance était lugubre, mais intéressante. Nous avons goûté aux fruits de mer frais et aux mets locaux dans la ville de Sokcho, principalement reconnue pour l’industrie de la pêche.
La deuxième expérience la plus mémorable est la visite de ma famille en Corée. Nous nous sommes vus 4 mois après mon départ. Nous avons eu la chance de visiter Gyeongju, l’ancienne capitale du Silla, Busan et le parc national Gyeryongsan.


Qu’avez-vous observé sur place?

Je n’ai pas eu de choc culturel en arrivant parce que je revenais d’un voyage de 2 mois et demi en Asie du Sud-est en sac à dos. La Corée est un pays développé et facile à voyager. Je dois avouer qu’après un long voyage en Asie du Sud-est et mon arrivée en Corée sans retour à Montréal, je m’ennuyais déjà de ma famille et de mes amis, mais je n’ai jamais regretté de partir en échange. Dès les premiers jours, je me suis fait beaucoup d’amis et j’avais encore le goût de découvrir.

La plus grande difficulté était sur le plan de la langue. La plupart des Coréens ne parlent pas l’anglais. De nos jours, il existe des applications mobiles de traduction qui peuvent grandement nous simplifier la tâche. Je recommande d’utiliser google traduction en mode hors-ligne.

Je dois avouer que le niveau très avancé des cours à KAIST m’a pris par surprise et j’ai eu peur d’être en situation d’échec de nombreuses fois. Heureusement, les professeurs sont compréhensifs à l'égard des étudiants internationaux. Le système d’éducation coréen est beaucoup plus rigoureux et est orienté vers la théorie plutôt que la pratique.

Par contre, les infrastructures, les diverses activités sur le campus et mes amis m’ont permis de garder ma motivation. Les rapports humains en Corée m’ont agréablement surpris. Je croyais à la base que les Coréens étaient un peuple très renfermé et que j’allais avoir du mal à les approcher. Au contraire, les Coréens sont très sociables et font souvent les premiers pas pour vous approcher.


Pourquoi avez-vous choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS?


J’ai choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS pour vivre une expérience extraordinaire. J’ai toujours voulu voyager et découvrir la culture d’un pays en y étudiant. J’ai aussi voulu accéder à des cours qui ne sont pas forcément disponibles à l’ÉTS.

Quels sont pour vous les bénéfices d’un tel programme sur votre cheminement académique et professionnel?

J’ai définitivement grandi intérieurement. Je suis quelqu’un de plus ouvert d’esprit et j’ai beaucoup appris sur moi-même. Du côté des études, j’ai su m’adapter à un système totalement différent que celui à l’ÉTS. J’ai aussi eu la chance de suivre des cours qui ne sont pas disponibles à l’ÉTS tel qu’un cours sur la propulsion aérospatiale. Je vais définitivement mettre cette expérience sur mon CV. Je crois que c’est un grand atout professionnel que d’avoir participé à un programme d’échange.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui songent à participer à la mobilité internationale de l’ÉTS ?

Lancez-vous sans hésitation, vous ne le regretterez pas. N’ayez pas peur de l’inconnu et affrontez ce défi personnel. Je recommande aussi de faire les démarches le plus tôt dans votre cheminement et de ne jamais laisser tomber le projet. Commencez par lire sur le sujet et les destinations qui vous intéressent et assistez aux rencontres d’information.
 



Maxim Beauregard
Étudiant en  génie électrique

Pays d'accueil : Taïwan

Établissement d’accueil : Université Nationale Chiao Tung 

Session : Hiver 2015

«  Je voulais vivre une aventure inoubliable et je n'ai pas été déçu. »
maxime beauregard  ETS
Son témoignage
Quelle a été la plus belle expérience de votre échange?

Je suis parti avec un petit groupe d'amis faire le tour de l'île dans une camionnette qui comptait dix planches de surf. J'ai assisté à un lever de soleil dans la mer.

Qu’avez-vous observé sur place? Avez-vous vécu un choc culturel? Vos idées de départ ont-elles changé à votre arrivée? Quelles sont les principales différences avec l’ÉTS et le système d’éducation d’ici?  Que pensez-vous de l’environnement d’études et des rapports humains dans votre pays d’accueil?


Je crois que mon plus grand choc culturel a été la nourriture. Cet échange a modifié ma perception de la culture asiatique. De plus, je me sens différent, mais je ne pourrais expliquer comment. Le système d'éducation asiatique est aussi moins normalisé. Par contre, les rapports humains sont toujours agréables. Les Taïwanais sont toujours prêts à  aider. Ils sont compréhensifs et honnêtes.

Pourquoi avez-vous choisi le programme de mobilité internationale de l’ÉTS?

Pour sortir de ma zone de confort. Je voulais vivre une aventure inoubliable et je n'ai pas été déçu.

Quels sont pour vous les bénéfices d’un tel programme sur votre cheminement universitaire et professionnel?

En échange, je crois qu'on développe rapidement des relations humaines. De plus, l'Asie constitue un marché de plus en plus puissant. Il est donc important de bien comprendre leurs traditions. D'ailleurs, j'évalue actuellement les possibilités d'y démarrer une entreprise.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui songent participer à la mobilité internationale de l’ÉTS?


Les étudiants en échange sont toujours très sociaux et réceptifs. Il suffit de rester positif et de sortir de sa zone de confort pour vivre des moments incroyables.