Enjeux

Mettre à niveau des infrastructures qui datent de plusieurs décennies de manière à ce qu’elles puissent soutenir des communications IP représente un défi de taille, notamment du point de vue de la latence et de la sécurité. Pour réduire les coûts et justifier les investissements du secteur privé, il faut miser sur la réutilisation des sites, des fréquences et d’une partie du matériel existant.


La latence

Le passage d’une communication analogique vers une communication IP cause une dégradation de la latence, c'est-à-dire un ralentissement du transit des données réseau. Elle peut être causée par des délais de transmission (propriétés du médium physique) et de traitement.

Ceci comprend un ensemble de facteurs tels que les éventuelles congestions sur le plan des récepteurs, du temps passé dans les amplificateurs, etc. Une latence trop importante peut provoquer des communications hachées, tandis qu'un délai entre une commande et son exécution peut s’avérer désastreux dans le cas d'une communication critique, telles la téléchirurgie ou la télésurveillance ainsi que la télémaintenance d’installations industrielles.

La sécurité

La sécurité des communications sans fil est un enjeu majeur compte tenu des risques d’interception. La Chaire orientera donc ses travaux sur la sécurité des couches.

L’utilisation de techniques de cryptographie quantique et de modulation chaotique permet d’envisager des communications qui seraient absolument sécuritaires.

L’exploitation des conditions externes, changeantes et aléatoires des canaux de communication à même les algorithmes de cryptage fait en sorte de rendre quasi impossible leur décodage.